Du Luxembourg en Iran: Un hommage de plusieurs milliers de photos à Luxembourg

Publié

Du Luxembourg en IranUn hommage de plusieurs milliers de photos à Luxembourg

LUXEMBOURG – Une mosaïque représentant l'Iranienne Mahsa Amini, dans les rues de Luxembourg, fait le tour des réseaux sociaux.

par
Nicolas Martin
Cette œuvre a été pensée par l'artiste luxembourgeois Thomas Iser à partir de milliers de photos de femmes qu'il a prises à travers le monde.

Cette œuvre a été pensée par l'artiste luxembourgeois Thomas Iser à partir de milliers de photos de femmes qu'il a prises à travers le monde.

Depuis une semaine, l'œuvre fait le tour du monde. Via les réseaux sociaux, elle a même été vue jusqu'en Iran. Il faut dire que le poster collé devant une vitrine en travaux entre la rue du Fossé et la Grand-Rue, au cœur de Luxembourg-Ville, ne passe pas inaperçu. La mosaïque représente Mahsa Amini, assassinée en Iran car elle portait mal le voile.

Cette œuvre a été imaginée par l'artiste luxembourgeois Thomas Iser à partir de milliers de photos de femmes qu'il a prises à travers le monde. «J'ai créé cette œuvre en hommage à Mahsa Amini qui est la première martyre iranienne. C'est l'étincelle qui a déclenché cette révolution en Iran et créé un espoir de liberté future», explique l'artiste.

Avant d'ajouter: «Mes mosaïques sont liées à des moments d'actualité où l'humanité doit faire preuve de résilience. Celle-ci a été créée exclusivement avec des milliers de photos de femmes que j'ai prises dans le monde entier. C'est une œuvre qui a été réalisée pour donner de la force au peuple iranien, immortaliser cette jeune femme, tenter de donner un sens à sa mort insensée, donner du sens à nos vies et nous faire réfléchir sur la place de la femme dans la société et le prix de la liberté». Le poster fait environ 2,40 m de haut et de large.

«Le combat contre les ténèbres n'est jamais terminé»

La publication de l'artiste aux 105 000 followers sur Instagram montrant cette création en détail a déjà recueilli plusieurs milliers de likes. «Personne ne peut être aveugle à ce qui se passe en Iran», insiste Thomas Iser qui explique avoir «partiellement combiné l'image de Mahsa avec l'emblématique Naissance de Vénus de Botticelli. Cette peinture était une œuvre révolutionnaire à l'époque, car elle présentait un nu sans aucune justification religieuse et j'ai ajouté ma carte dans sa main. Derrière, il est écrit "nous partageons tous la même étincelle.."», détaille le Luxembourgeois sur Instagram.

«Ta vie et en particulier ta mort étaient une étincelle à partir de laquelle de nombreux Iraniens se sont élevés contre l'oppression et ont cru et espéré en un avenir meilleur (...) J'espère pouvoir venir un jour en Iran et mettre cette affiche dans les rues de Téhéran. Le combat contre les ténèbres n'est jamais terminé», conclut l'artiste.

Ton opinion

9 commentaires