Washington – Un Internet «fantôme» dans les dictatures

Publié

WashingtonUn Internet «fantôme» dans les dictatures

L'administration Obama travaille sur un projet mondial visant à déployer un Net parallèle ainsi que des systèmes de téléphonie mobile permettant aux dissidents de déjouer la censure des régimes dictatoriaux.

La mallette Internet antidictature.

La mallette Internet antidictature.

dr

Ces efforts ont été révélés lors de nombreuses interviews menées par le New York Times dimanche, ainsi que dans des documents et des câbles diplomatiques secrets obtenus par ce dernier. Les États-Unis mènent ainsi des projets discrets pour créer des réseaux de téléphones portables indépendants à l'intérieur de certains pays et conduisent aussi une opération digne du plus pur roman d'espionnage pour mettre en place un Internet furtif.

Dans cette perspective, de jeunes entrepreneurs de Washington cherchent à mettre au point des équipements électroniques n'attirant pas l'attention et suffisamment compacts pour être transportés dans une valise de voyage ordinaire. Financée par une allocation de deux millions de dollars du département d'État, cette valise pourra passer les frontières d'un pays donné et les équipements y être rapidement assemblés pour permettre des communications sans fil sur une vaste zone avec un accès à Internet.

Pirater la censure des dictatures

Certains de ces projets portent sur de nouvelles technologies en développement aux États-Unis tandis que d'autres s'appuient sur des techniques et outils déjà créés par des pirates informatiques. Les réseaux de communications furtifs permettront aux activistes de pays comme l'Iran, la Syrie et la Libye de communiquer avec l'extérieur sans que le gouvernement puisse même les détecter, selon des participants à ce projet cités par la NYT.

Dans un des projets les plus ambitieux, le département d'État et le Pentagone ont consacré au moins 50 millions de dollars pour créer un réseau indépendant de téléphone mobile en Afghanistan utilisant des tours sur des bases militaires protégées comme relais à l'intérieur du pays. Ces efforts technologiques des États-Unis ont redoublé à partir du moment où, en Égypte, l'ancien président Hosni Mubarak, confronté à une vague de contestations massives, a décidé de couper Internet peu avant d'avoir à quitter le pouvoir.

Des cas concrets de censure des gouvernements

Dernièrement, le gouvernement syrien a temporairement interrompu Internet dans la plupart du pays pour empêcher la mobilisation des manifestants. L'initiative de l'administration Obama est dans un sens un nouveau front dans les efforts diplomatiques américains menés de longue date pour défendre la liberté d'expression et encourager la démocratie. Durant des décennies, les États-Unis ont produit des émissions de radio diffusées dans les pays autocratiques par le biais notamment de «Voice of America».

Plus récemment, Washington a apporté son soutien au développement de logiciels qui préservent l'anonymat des utilisateurs dans des pays comme la Chine et pour former des citoyens de ces pays, afin de faire passer des informations via le réseau Internet contrôlé par le gouvernement sans être détecté.

(L'essentiel Online/AFP)

L'Internet halal de l'Iran

Parallèlement, l'Iran veut lancer son propre réseau web. Un réseau «halal» sous forme d'Intranet national qui permettrait de le couper du reste du monde, afin d'éviter toute propagation d'idée de l'Occident, selon le guide suprême iranien. Le contraire de l'Internet fantôme américain.

Ton opinion