Un jeune sur trois n'aura jamais le baccalauréat

Publié

Un jeune sur trois n'aura jamais le baccalauréat

Sésame vers les études, le bac n'est pas une fin en soi. Mais un jeune sur trois ne l'obtient jamais.

Après des années de hausse de la proportion de bacheliers dans une génération, la France a ainsi atteint, vers 1995, un palier de 64 % qu’elle n’arrive pas à dépasser.

Après des années de hausse de la proportion de bacheliers dans une génération, la France a ainsi atteint, vers 1995, un palier de 64 % qu’elle n’arrive pas à dépasser.

afp

En 2009, le bac reste un passeport vers l’enseignement supérieur. Pourtant, un tiers des jeunes d’une génération ne l’ont pas. Du fait de la démocratisation de l’enseignement supérieur et de l’élévation du niveau des qualifications, une proportion croissante de bacheliers poursuit des études.

«Il y a une trentaine d’années en France, on pouvait être cadre ou enseignant sans avoir le bac. Aujourd’hui, ce n’est plus possible», explique Éric Charbonnier, expert sur les questions d’éducation à l’OCDE. Et bientôt, avec la réforme de la formation des enseignants, on ne pourra plus être professeur des écoles sans avoir bac+5. Même le bac pro s’inscrit dans cette évolution.

À la rentrée 2010 sera créée la première «grande école» pour les meilleurs bacheliers pros. Aujourd’hui, un tiers des Français de 18 ans n’ont pas le baccalauréat, soit en n’atteignant pas la terminale, soit en échouant aux épreuves. Le bac n’est ainsi ni «bradé, ni donné». En France, 100 000 lycéens continuent à le rater chaque année.

Ton opinion