Affaire LuxLeaks – Un journaliste inculpé: le parquet se justifie

Publié

Affaire LuxLeaksUn journaliste inculpé: le parquet se justifie

LUXEMBOURG - Édouard Perrin, journaliste français, a été inculpé dans le cadre de l'affaire LuxLeaks. Une atteinte à la liberté de la presse?

Reporters sans frontières, le syndicat national des journalistes en France... Plusieurs voix se sont élevées ces derniers jours pour dénoncer l'inculpation par la justice luxembourgeoise du journaliste français Édouard Perrin, dans le cadre de l'enquête sur les fuites LuxLeaks. Dans un communiqué publié ce lundi, le parquet de Luxembourg met les points sur les i.

«Le droit de ne pas divulguer ses sources n’est pas remis en cause. Il en est de même de la diffusion des informations par la presse. La liberté de la presse et le droit à l’information, piliers de la démocratie, sont toujours assurés», explique le parquet de Luxembourg qui revient sur les raisons de cette inculpation.

Édouard Perrin aurait joué un «rôle actif»

Selon lui, Édouard Perrin n'est pas inquiété par la justice luxembourgeoise pour avoir recueilli des informations mais pour avoir joué un «rôle actif» dans la commission des infractions reprochées au deuxième employé de PwC inculpé en début d'année.

«C’est en effet dans le cadre de l’interrogatoire du second employé que le rôle exact du journaliste a pu être cerné quant à son implication dans la commission des infractions reprochées au dit inculpé. Ce rôle ne se serait ainsi pas limité à recueillir des informations mais, au contraire, aurait consisté à diriger celui-ci dans la recherche des documents qui l’intéressaient tout particulièrement», peut-on lire dans le communiqué du parquet.

Édouard Perrin conserve néanmoins le soutien de sa profession. Après son inculpation, la Fédération européenne des journalistes (EFJ), avec le soutien de l'Association luxembourgeoise de presse (ALJ), s'est déclarée «très alarmée par la procédure judiciaire». La fédération «considère que les charges contre Édouard Perrin sont disproportionnées et violent l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme et l'article 11 de la Charte de l'UE sur les droits fondamentaux».

(L'essentiel)

Ton opinion