Au Luxembourg – Un logiciel pour éviter les plagiats à l'Uni
Publié

Au LuxembourgUn logiciel pour éviter les plagiats à l'Uni

ESCH-BELVAL - Pour identifier les travaux de recherche qui contiendraient des passages plagiés, l'Université du Luxembourg dispose d'un logiciel.

Tous les mémoires de recherche des étudiants sont passés dans le logiciel Turnitin.

Tous les mémoires de recherche des étudiants sont passés dans le logiciel Turnitin.

Le Premier ministre Xavier Bettel aurait, selon nos confrères de reporter.lu, plagié son mémoire de diplôme d'études approfondies (DEA) à Nancy en 1999. À l'Université du Luxembourg, «un outil informatique Turnitin est utilisé par les enseignants lors de la remise d'un travail de recherche en Master», indique Laura Bianchi, chargée des relations presse à l'Uni.

Il permet de vérifier la similitude du travail avec les textes existants. «Les étudiants peuvent demander à ce que leur travail soit passé dans le logiciel pour identifier les passages qui ne sont pas suffisamment sourcés et éviter ainsi le plagiat. Ils ont à leur disposition toutes les ressources utiles à la rédaction de leur travail», ajoute-t-elle.

Entraîne la nullité de l'épreuve

Le plagiat qui consiste à copier ou utiliser l'œuvre de quelqu'un en la faisant pour sienne est une «infraction répréhensible tant sur le plan éthique que par rapport au respect du droit de la protection intellectuelle», indique la procédure disciplinaire en cas de fraude et de plagiat de l'Université du Luxembourg. Lors de la remise de leur travail de recherche, les étudiants remplissent une déclaration d'auteur où ils attestent qu'ils l'ont écrit avec leurs propres mots, qu'ils ont cité et désigné en tant que telles les sources et aides utilisées.

Un plagiat dûment constaté entraîne la nullité de l'épreuve. La vice-rectrice académique peut décider de prononcer une autre sanction comme la nullité de la session d'examen, l'interdiction de subir tout examen menant à un diplôme pendant cinq ans, le retrait rétroactif du titre ou diplôme.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Ton opinion