Futurs tubes – Un logiciel prétend établir les hit-parades de demain

Publié

Futurs tubesUn logiciel prétend établir les hit-parades de demain

Hitwizard tente une percée dans le monde de la musique grâce à un algorithme permettant d'analyser les morceaux de musique pour prédire s'ils deviendront des hits.

Ard Boerd (à dr.) a présenté Hitwizard lors de la récente conférence Amsterdam Dance Event Tech. (YouTube)

Ard Boerd (à dr.) a présenté Hitwizard lors de la récente conférence Amsterdam Dance Event Tech. (YouTube)

Des succès phénoménaux comme «Despacito», devenu morceau le plus populaire de l'histoire du streaming mondial avec plus de 4,6 milliards d'écoutes en six petits mois, pourraient bientôt être anticipés par un algorithme. C'est en tous les cas ce que tend à réaliser Hitwizard. À l'aide de son nouveau réseau neuronal, qui a déjà englouti plus de 2,5 millions de lignes de données, l'outil de la firme néerlandaise Goldmund, Wyldebeast & Wunderliebe est, pour l'heure, capable de prédictions fiables à hauteur de 69%, selon Ard Boerd, son créateur. À l'inverse, il détecte un flop avec 93% de précision. Il ferait ainsi mieux que des solutions semblables, comme celle créée à l'Université de Bristol (Royaume-Uni) en 2015.

Hitwizard se base sur divers critères, comme le tempo à partir du nombre de pulsations par minute, l'énergie du morceau ou encore les parties instrumentales, en les comparant aux données relatives au temps de diffusion à la radio locale ou à leur classement sur Spotify. En l'état, le système est donc une sorte de détecteur légèrement en avance sur les tendances du moment.

Mais ces données ne suffisent pas, tempère Dominique Keegan, directeur créatif chez Kobalt Music, qui a assisté à la récente présentation d'Hitwizard, rapporte The Next Web. «C'est important de voir comment les consommateurs interagissent avec les artistes, avec leur musique», dit-il. Et d'ajouter: «Le succès d'une chanson sera toujours déterminée par l'être humain». À terme, d'autres critères seront intégrés à l'outil pour l'améliorer, notamment avec des statistiques tirées des réseaux sociaux pour prendre en compte la popularité des titres sur ces plateformes.

(L'essentiel/eri/man)

Ton opinion