Basket-ball – Un Luxembourgeois de 2,12 m à Séville

Publié

Basket-ballUn Luxembourgeois de 2,12 m à Séville

LUXEMBOURG/ESPAGNE - Du haut de ses 2,12 m et de ses 17 ans, le Luxembourgeois Lou Demuth fait ses gammes au Betis Séville, en Espagne.

Le Luxembourgeois Lou Demuth (à g.) a fait ce mois-ci ses débuts en Euroleague juniors avec le Betis Séville.

Le Luxembourgeois Lou Demuth (à g.) a fait ce mois-ci ses débuts en Euroleague juniors avec le Betis Séville.

EUROLEAGUE BASKETBALL

Pour le Luxembourg qui manque cruellement d'intérieurs de très grand gabarit, Lou Demuth est une perle rare. Doté de dimensions hors norme (2,12 m, 108 kg) à seulement 17 ans, le joueur originaire d'Oberdonven, près de Grevenmacher, fait naître de grands espoirs. «Mais jusque-là, cela ne me met pas trop de pression», assure le géant mosellan, parti poursuivre sa formation en Espagne, dans l'espoir de faire un jour du basket son métier.

Il y a trois semaines, Lou a disputé son premier match avec les moins de 18 ans du Betis Séville, dont l'équipe première évolue depuis plus de 20 ans au sein de l'élite espagnole. La fin d'une longue attente pour l'ex-joueur de Nancy, qui a quitté le SLUC en 2016 au terme d'une saison plombée par une blessure au pied en décembre 2015. «Je n'ai pu reprendre que l'automne dernier. D'abord avec l'équipe nationale U18», raconte Lou, qui a découvert ce mois-ci l'Euroleague juniors avec le Betis. Son équipe y a battu les jeunes du Bayern Munich et du Cibona Zagreb , s'inclinant face au Real Madrid. Dans un effectif où figurent trois autres étrangers, il grappille du temps de jeu. Entre 5 et 25 minutes par match.

«Suite à cette blessure, j'ai un retard physique, mais j'ai aussi appris des choses tactiquement», indique le pivot arrivé au basket à 12 ans chez les Musel Pikes, après avoir joué au tennis de table.
À Séville, il s'entraîne une à deux fois par jour. «Je trouve le niveau plus élevé qu'à Nancy. Nous jouons souvent contre des équipes seniors». Loin des siens, il travaille dur, bien déterminé à ce qu'un jour ses efforts profitent aussi à l'équipe nationale.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion