Au Luxembourg – Un marché de la drogue de plus en plus organisé

Publié

Au LuxembourgUn marché de la drogue de plus en plus organisé

LUXEMBOURG - Au Luxembourg, le marché de la drogue représentait, en 2014, 8 à 10 millions d'euros. Une goutte d'eau au niveau européen, mais toutefois de plus en plus inquiétante.

Environ 1% des adultes européens consomment du cannabis quotidiennement ou quasi-quotidiennement.

Environ 1% des adultes européens consomment du cannabis quotidiennement ou quasi-quotidiennement.

AFP

Chaque année, «les citoyens de l'UE dépensent plus de 24 milliards d'euros en drogues illicites», selon le rapport 2016 de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) et d'Europol, publié mardi. Au Luxembourg, le trafic illégal des drogues se chiffrait, en 2014, entre 8 et 10 millions d'euros, soit 0,02% du PIB national.

Une goutte d'eau dans le marché européen, mais qui devient de plus en plus inquiétante. «Le marché se professionnalise au Luxembourg», explique Alain Origer, le coordinateur national «drogues» au Grand-Duché. «Il y a dix ans, les dealers étaient des petits délinquants, qui agissaient seuls. Aujourd'hui, le réseau est très bien organisé. Les dealers s'y mettent à trois: un qui vend, un qui monte la garde et un qui s'occupe de l'argent. Les trafiquants se partagent le trafic de l'héroïne et de la cocaïne selon leur nationalité», poursuit-il.

De plus en plus de drogues synthétiques

Autre tendance inquiétante, la vente en hausse de cocaïne au Luxembourg. «Cela donne des consommateurs très nerveux, qui ont besoin de beaucoup de drogues. Cela change la dynamique au niveau de la prise en charge des drogués», explique encore Alain Origer. Les drogues synthétiques se retrouvent aussi de plus en plus sur le marché. «Ces substances sont fabriquées en Chine en raison du manque de législation. Elles peuvent ensuite être envoyées en Europe rapidement et à moindre coût. C'est un phénomène très dangereux en raison de ces prix d'achat peu élevés et de la difficulté de remonter aux fabricants».

En 2013, dans l'UE, le marché du cannabis a représenté environ 38% du total des marchés des drogues, devant celui de l'héroïne (28%), de la cocaïne (24%), des amphétamines (8%) et de l'ecstasy (3%). À noter que les prix du cannabis, dans l'UE, ont peu évolué ces dernières années (de 7 à 12 euros par gramme), mais la teneur moyenne en tétrahydrocannabinol (THC) a presque doublé en dix ans - probablement en raison du développement de «techniques de production intensives et sophistiquées» en Europe même, imitée par les producteurs marocains.

(jd avec AFP/L'essentiel)

Ton opinion