«Commerce de l'utérus» – Un marché de mères porteuses au Luxembourg?

Publié

«Commerce de l'utérus»Un marché de mères porteuses au Luxembourg?

LUXEMBOURG – Selon un quotidien marocain, des centaines de Marocaines auraient «loué» leur ventre à des couples luxembourgeois ne pouvant pas avoir d’enfant. Le ministre de la Santé n'y croit pas.

Aucune loi sur la gestation pour autrui n'existe au Luxembourg.

Aucune loi sur la gestation pour autrui n'existe au Luxembourg.

AFP

Un marché de mères porteuses au Luxembourg? C’est ce que dénonce El Akhbar dans un article publié mardi et longuement repris par la presse marocaine et luxembourgeoise. En effet, ce journal marocain affirme que 600 femmes de nationalité marocaine vivant au Luxembourg auraient loué, ces dernières années, leur ventre contre de l'argent à des couples luxembourgeois.

Un commerce lucratif, puisque ces femmes auraient empoché jusqu'à 18 000 euros par grossesse. Toujours selon cet article, la fécondation, le suivi de la grossesse et l’accouchement se feraient au Luxembourg. Des affirmations à prendre avec des pincettes. En effet, El Akhbar a été fondé il y a un an par Rachid Nini, un journaliste et polémiste marocain, critiqué pour son populisme et dont les articles font souvent l'objet de controverses médiatiques.

Des propos «déformés» par la presse

Selon son journal, cette information viendrait d'une enquête menée par Rachida El Uriagli, membre du Centre marocain des droits humains (CMDH). Contactée par la presse ce vendredi matin, cette dernière s'est dite «consternée» par la façon dont ses propos ont été déformés et a insisté sur le fait qu'elle n'avait jamais parlé de couples luxembourgeois.

Avant ça, contactés par nos confrères du Tageblatt, le ministre de la Santé et un gynécologue avaient déjà affirmé ne pas croire en ces informations. Selon eux, la fécondation in vitro n’est possible qu’au CHL, et il est presque impossible d’exploiter un tel établissement. Pour Mars Di Bartolomeo, c’est le chiffre avancé qui est «inimaginable». En 2011, 5 639 naissances ont été enregistrées au Luxembourg. 600 naissances par mère porteuse, cela ferait donc beaucoup, et même si ce chiffre s’étend sur plusieurs années.

«Pas de loi sur la gestation pour autrui»

Le ministre n’exclut cependant pas l’existence d’une «poignée de cas». Et cela alors même que la gestation pour autrui n’est pas régie par une loi au Luxembourg. Un vide juridique récemment dénoncé par Déi Gréng lors d’une conférence de presse sur le mariage et l’adoption homosexuels. Contactée par L’essentiel Online jeudi soir, Josée Lorsché expliquait ainsi que le fait qu’il n’y a pas de loi peut «entraîner de grosses dérives». «Le risque le plus grand c’est le commerce du corps humain», s'inquiétait alors la députée.

Pour sa part, le gouvernement luxembourgeois avait fait savoir dans son programme de 2009 que «pour éviter des dérapages le gouvernement entend fixer un cadre légal à la fois cohérent et assez flexible (...) pour réglementer strictement, sinon interdire, la maternité pour autrui». Une promesse qui est restée lettre morte. Ce supposé «commerce de l'utérus» relancera peut-être le débat...

(Fatima Rougi/L'essentiel Online)

Ton opinion