Cyclisme – Un moteur dans le vélo? C'est déjà dépassé!

Publié

CyclismeUn moteur dans le vélo? C'est déjà dépassé!

L'avenir de la triche n'est pas seulement mécanique, mais surtout électro-magnétique.

La Belge Femke Van den Driessche a utilisé une «vieille» technologie aux championnats du monde de cyclocross à Heusden-Zolder.

La Belge Femke Van den Driessche a utilisé une «vieille» technologie aux championnats du monde de cyclocross à Heusden-Zolder.

AFP/Yorick Jansens

Le président de l'UCI a dû confirmer la présence d'un moteur caché dans un vélo aux championnats du monde de cyclocross à Heusden-Zolder. Mais cette technique pourrait déjà être dépassée, selon le quotidien italien La Gazzetta dello Sport, pour qui il s'agit là «déjà d'une technologie ancienne».

«La nouvelle frontière est l'électro-magnétisme», affirme lundi le journal italien en citant un «gourou» anonyme du secteur. Le nouveau dopage mécanique? Des roues (arrière) en carbone, d'un coût de... 200 000 euros, dissimulant un système électro-magnétique pour émettre une énergie supplémentaire, de l'ordre de 20 à 60 watts. Un coureur professionnel pourrait ainsi développer une puissance de 400 à 500 watts.

– Cyclingnews.com (@Cyclingnewsfeed) 1 Février 2016

La détection est possible

Le phénomène serait déjà bien étendu puisque la Gazzetta évoque le nombre de 1 200 moteurs cachés vendus l'an dernier en Italie, pour beaucoup d'ancienne génération et donc moins efficace. Selon le journal transalpin, qui cite une source anonyme, le système «est à ce point parfait que nombre de coureurs ne savent pas qu'ils l'utilisent. Ils pensent simplement qu'ils sont dans un bon jour».

Le constat est toutefois à relativiser pour les grandes compétitions. L'UCI, alertée, planche sur les méthodes de détection des champs magnétiques car elles existent. L'ancien champion Greg LeMond évoquait l'an passé la solution des pistolets thermiques pour détecter des sources de chaleur.

L'inquiétude règne à l'UCI car la technologie moderne autorise toutes les suppositions sur le dopage mécanique. Ce dernier peut en effet prendre la forme d'un moteur ou batterie ultra-miniaturisée, un système d'entraînement sophistiqué au niveau des roues, ou encore une mise en action à distance ou par le biais du cardio-fréquencemètre.

(L'essentiel/smk/nxp/afp)

Ton opinion