Automobile – Un Opel Mokka qui ne manque pas de jus
Publié

AutomobileUn Opel Mokka qui ne manque pas de jus

Le Mokka se distingue par une conduite pétillante et son physique tranché.

Sur une prise 11 kW, il faut 5 heures de charge. Et une nuit sur une domestique.

Sur une prise 11 kW, il faut 5 heures de charge. Et une nuit sur une domestique.

Le dernier Mokka se distingue d’abord par son physique tranché. Avec le «Vizor» à l’avant, nouvelle signature visuelle d’Opel qui intègre les phares à LED dans un même bandeau noir brillant. Une teinte reprise sur le tableau de bord «Pure Panel», qui aligne deux écrans à plat, un environnement tout digital, des commandes bien centrées. La coloration bi-ton en vert accentué sur capot noir offre à l’allemande un look censé séduire les jeunes générations.

Plus courte que la version précédente, elle perd un peu de place dans le coffre en tout électrique. Cette version montre trois niveaux de conduite: Normal, Eco et Sport, aux différences marquées. Les 136 chevaux permettent une conduite pétillante, loin d’être sportive, aidée par un amortissement ferme mais justement calibré et une direction plutôt précise.

La masse n’autorise pas pour autant de «folies», le Mokka-e se laissant alors aller à un sous-virage. Il faudra de toute façon rester mesuré pour ne pas griller trop vite l’autonomie de la batterie de 50 kWh. Celle-ci autorisera, en conditions normales, de parcourir autour de 250 km, ce qui place le SUV compact dans la moyenne. On pourra faire mieux en enclenchant le mode Eco, qui bride le moteur à 80 ch et coupe le chauffage, et en usant d’un mode «Break» qui accentue fort bien la régénération au freinage. En le branchant sur une borne de 100 kW, le Mokka-e, bien adapté aux conditions urbaines, recouvrera 80% de sa batterie en 30 minutes.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion