Savoir-faire en France – Un parapluie aussi résistant qu'esthétique
Publié

Savoir-faire en FranceUn parapluie aussi résistant qu'esthétique

À Pau, Hervé Pando a relancé il y a 20 ans, relayé aujourd'hui par son fils Christophe, la fabrication du parapluie de berger, un objet artisanal devenu «tendance».

Il faut compter quatre heures pour la fabrication d'un parapluie de berger.

Il faut compter quatre heures pour la fabrication d'un parapluie de berger.

AFP

Un parapluie inusable qui ne se retourne pas sous une rafale de vent, avec un manche en hêtre et une poignée ronde, neuf baleines en jonc, une toile de coton imperméabilisée à la résine de pin, le tout sur 1,35 m de diamètre. Un outil de travail précieux qui protège les bergers autant du soleil, de la foudre que de la pluie et qui se transmet de génération en génération. «Il n'attire pas la foudre», assure Jean-Fernand Guedot, 86 ans, berger à la retraite à Rebenacq (Pyrénées-Atlantiques), abrité sous son parapluie usagé fabriqué par la maison Pando.

«Au contraire, poursuit son petit-fils Cédric. Les parties métalliques en laiton sont éloignées de la pointe et isolées par le rotin et le bois, ce qui fait qu'il sert de paratonnerre. «Nous sommes les seuls fabricants de parapluie de berger en France», sourit Christophe Pando, dans sa fabrique du centre-ville de Pau qui est aussi la boutique de vente. La boutique ne désemplit pas en cette période de fêtes et la fabrication s'effectue au beau milieu du magasin sous l’œil amusé des clients. Rotin de Malaisie pour la fabrication des baleines, la seule matière importée, toiles de coton bleu, myrte, rouge ou noir, mâts et pommeaux en hêtre sont joliment disposés dans le magasin, prêts à être travaillés.

Prisé des stars

«Ce magasin est un musée à ciel ouvert», s'amuse un acheteur. «Ils sont solides et en plus, ici, on les répare», se réjouit Martine, une retraitée venue acheter un parapluie comme cadeau de Noël. «C'est aussi notre fond de commerce, renchérit Christophe Pando. Nous attachons autant d'importance à la fabrication qu'à la réparation», assène-t-il. «Depuis 4 à 5 ans, c'est devenu un article de mode. Les bergers restent notre clientèle principale, mais les citadins en achètent de plus en plus», analyse t-il.

Le parapluie de berger haut de gamme séduit beaucoup de «stars» comme l'ancien champion du monde français de football, Zinedine Zidane, aujourd'hui entraîneur du Real Madrid, ou le couturier Karl Lagerfeld. Il est aussi un objet artisanal devenu un hommage de marque offert à des personnalités. François Bayrou, maire de la ville, qui en possède un, l'offre généralement à ses hôtes comme ce fut le cas l'an passé pour le président bolivien Evo Morales. Jean Lassalle, député (ex-MoDem) et candidat à l'élection présidentielle en 2017, ne se sépare jamais de son parapluie de berger fabriqué dans ses Pyrénées natales.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion