Fiasco – Un parc fantôme raconte les maux de la Turquie

Publié

FiascoUn parc fantôme raconte les maux de la Turquie

Il devait être le plus grand parc du genre en Europe, mais il symbolise aujourd’hui l’incompétence de politiciens trop ambitieux.

Avec ses gigantesques statues de dinosaures et ses 17 montagnes russes, «Wonderland Eurasia», à Ankara, devait devenir le plus grand parc d’attractions d’Europe et une «source de fierté», selon le président turc Recep Tayyip Erdogan. Au lieu de cela, les coûteux manèges, qui rouillent depuis la fermeture du parc moins d’un an après son ouverture en mars 2019, sont devenus le symbole de l’arrogance de certains responsables du parti présidentiel, l’AKP. L’indignation suscitée par la construction de ce mégaprojet aussi inutile qu’onéreux a contribué à mettre un terme au long règne des islamo-conservateurs sur Ankara, ville remportée par l’opposition lors des municipales de 2019.

L’étendue des problèmes affectant Wonderland Eurasia est apparue très vite. Deux jours après l’inauguration du parc, un train est resté bloqué au sommet d’une montagne russe. Les passagers ont été contraints de descendre du manège à pied. Les visiteurs ont aussi eu la mauvaise surprise de découvrir des sanitaires en piteux état, des attractions à moitié construites et des zones du parc interdites d’accès pour cause de chantier en cours.

En 2020, Wonderland Eurasia a baissé le rideau, laissant sur place des statues et des manèges en proie à la rouille et un vif sentiment d’amertume. «Ce dont Ankara avait besoin, ce n’était pas d’un parc d’attractions. C’était d’une amélioration des transports», regrette Tezcan Karakus Candan, présidente de la Chambre des architectes d’Ankara. «C’était un projet extravagant», ajoute-t-elle, soulignant qu’il existait déjà un autre parc d’attractions d’envergure dans la capitale turque.

«Caprice»

La municipalité a poursuivi en justice l’entreprise responsable de Wonderland Eurasia dans l’espoir d’en gagner le contrôle et de mettre le vaste terrain sur lequel il a été construit à profit. Une décision est attendue le 13 septembre. Selon l’actuel maire issu de l’opposition, Mansur Yavas, ce projet hérité d’un de ses prédécesseurs a coûté plus de 680 millions d’euros. M. Gökçek, qui a dirigé Ankara de 1994 à 2017, conteste ce chiffre, parlant de 420 millions d’euros.

Mais l’ancien édile reste associé à plusieurs projets de construction controversés. Wonderland Eurasia, qui fut d’abord appelé «Ankapark», était censé développer le tourisme à Ankara, une ville avant tout administrative, loin de posséder les charmes d’Istanbul ou des stations balnéaires du sud du pays.

M. Gökçek avait affirmé que le parc attirerait 10 millions de visiteurs annuels dans la capitale. Elle en a reçu la moitié en 2019. Pour Güven Arif Sargin, professeur d’architecture à l’Université technique du Moyen-Orient, à Ankara, vouloir faire de la capitale un pôle touristique relevait d’un «caprice puéril».

Héritage d’Atatürk

Pour les opposants de M. Erdogan, ce projet est aussi devenu le symbole du fossé entre la classe dirigeante et les préoccupations de la population. «Melih Gökçek illustre la manière dont les administrations locales de l’AKP trahissent les villes, et la manière dont elles agissent pour mettre en place un processus de pillage» des fonds publics, estime Mme Candan.

Mais pour nombre d’habitants d’Ankara, le principal tort de M. Gökçek n’est pas de s’être livré à une coûteuse fantaisie. C’est d’avoir détruit un espace naturel associé au fondateur de la République, Mustafa Kemal Atatürk, dont il portait le nom. La «ferme de la forêt d’Atatürk», aménagée en 1925, accueillait un zoo et des potagers. Le fondateur de la République l’avait créée pour qu’elle puisse répondre aux futurs besoins de la capitale en produits agricoles.

Pour les détracteurs de M. Erdogan, la construction d’un parc d’attractions sur ce lieu symbolique participe de l’entreprise d’effacement de l’héritage d’Atatürk dont ils accusent le pouvoir. Pour Mme Candan, seule une solution «radicale» permettrait de tourner la page. «Il faut donner les manèges aux régions qui en ont besoin, réclamer des indemnités à Melih Gökçek pour les sommes gaspillées et utiliser cet argent pour reboiser» la zone.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion