Littérature au Luxembourg – Un pays riche et un référendum qui tourne mal

Publié

Littérature au LuxembourgUn pays riche et un référendum qui tourne mal

LUXEMBOURG - Dans le livre «Lettre d’amour au peuple qui ne connaissait pas le verbe aimer» Claude Frisoni narre un pays qui a beaucoup de similitudes avec le Grand-Duché.

L’ancien directeur de l’Abbaye de Neumünster sera en dédicaces lors du Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté ce week-end.

L’ancien directeur de l’Abbaye de Neumünster sera en dédicaces lors du Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté ce week-end.

Editpress

Perdu dans le Pacifique sud, le Vatounu est un pays très riche. Les transiliens viennent y travailler par milliers, causant des embouteillages de pirogues. Mais la nation est en proie à des tensions liées à son plurilinguisme. «Ça va mener à un délire xénophobe, on jette les transiliens dans le cratère. J’ai imaginé l’horreur jusqu’au bout», raconte Claude Frisoni, l’auteur de cette «Lettre d’amour au peuple qui ne connaissait pas le verbe aimer». Le livre conte un pays très inspiré du Luxembourg. «Je suis allé dans le Pacifique en raison des similitudes linguistiques incroyables entre le Luxembourg et le Vanuatu. J’ai mis le Vatounu à côté».

Au Vatounu, un référendum sur le vote des étrangers a dégénéré. Un moyen pour l’auteur de parler de ses inquiétudes sur les débats qui vont animer la société luxembourgeoise. «C’est une mauvaise idée, le référendum. On ne répond jamais aux questions. Ça va juste libérer la parole». Mais, selon Frisoni, la campagne, menée avec intelligence, peut être une chance . «Il y a une chance de rapprocher les gens. Le Luxembourg a tout à gagner à expérimenter une société fraternelle. La citoyenneté n’a pas besoin de la nationalité. Je n’ai pas besoin du mot sur mon passeport pour être luxembourgeois».

D’ailleurs, le conte, qui devrait être en librairie samedi, reste optimiste. Les horreurs n’étaient qu’un rêve de l’ancien Grand-Chef Johnny. À son réveil, il fait tout pour réveiller les consciences et créer une société fraternelle.

(Jérôme Wiss)

Aux éditions Guy Binsfeld. 145 pages, 20 euros.

Ton opinion