Donald Trump – «Un porc raciste et sexiste»: quand Obama se lâche
Publié

Donald Trump«Un porc raciste et sexiste»: quand Obama se lâche

Le peu d’estime que le démocrate voue à son successeur n’est un secret pour personne, mais le premier est toujours resté mesuré dans ses propos. En coulisses, c’est autre chose.

US President Barack Obama (R) welcomes President-elect Donald Trump(L)to the White House in Washington, DC January 20, 2017. (Photo by JIM WATSON / AFP)

US President Barack Obama (R) welcomes President-elect Donald Trump(L)to the White House in Washington, DC January 20, 2017. (Photo by JIM WATSON / AFP)

AFP/jim Watson

Fidèle à sa réputation de gentleman mesuré, Barack Obama s’est efforcé de rester discret durant le mandat de Donald Trump. Le démocrate a, semble-t-il, fait un effort surhumain pour respecter la convention voulant que les anciens présidents ne critiquent pas publiquement leurs successeurs. Barack Obama est sorti de sa réserve lors de la campagne électorale de 2020 pour soutenir son ex-vice-président Joe Biden. Si, lors de ses interventions, l’ex-dirigeant a lâché quelques attaques bien senties contre Donald Trump, son ton était bien plus assassin en coulisses.

Journaliste à The Atlantic, Edward-Isaac Dovere publie cette semaine son livre intitulé «Battle for the Soul: Inside the Democrats' Campaigns to Defeat Donald Trump». Cet ouvrage, que le Guardian a pu consulter, raconte comment les démocrates s’y sont pris pour battre le républicain en 2020. Le mépris que Barack Obama porte à son successeur n’est un secret pour personne. Mais c’est la première fois que les sentiments du démocrate à l’égard de son rival sont rapportés avec un tel tranchant.

«Un fou dangereux»

On apprend dans ce livre que Barack Obama avait d’abord été soulagé, en 2016, de constater que Donald Trump avait battu Ted Cruz lors des primaires républicaines. Le président sortant pensait en effet que le milliardaire était loin d’être aussi intelligent que le sénateur texan et qu’il n’aurait aucune chance contre le camp démocrate lors de l’élection présidentielle. Quand tous les pronostics ont été déjoués et que Trump s’est installé à la Maison-Blanche, Obama n’a pu cacher son effroi: «C’est un fou dangereux», aurait-il lâché à de grands donateurs qui cherchaient à lui soutirer une réaction.

Selon Edward-Isaac Dover, Barack Obama possédait toute une palette de noms tout aussi fleuris les uns que les autres pour définir son rival. «Je ne pensais pas que nous aurions un porc raciste et sexiste», confiait parfois le démocrate, qualifiant Donald Trump de «putain de cinglé» lorsqu’il se faisait l’auteur d’une nouvelle péripétie. Le 44e président des États-Unis aurait eu une réaction particulièrement virulente le jour où l’on a appris que le milliardaire s’entretenait avec des dirigeants étrangers – y compris Poutine – en pleine enquête sur l’ingérence russe dans l’élection électorale américaine, sans l’assistance d’un conseiller. «Cet enculé corrompu», aurait fulminé Obama.

Dans son livre, Edward-Isaac Dover raconte par ailleurs que la relation entre Barack Obama et Joe Biden n’est pas si idyllique que l’on peut le croire. Durant la campagne présidentielle de 2020, l’ex-président partageait les doutes d’une grande partie de l’establishment démocrate, qui estimait que Biden était trop âgé et peut-être dépassé.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion