Méditerranée – Un port sûr pour les 555 migrants de l'«Ocean Viking»
Publié

MéditerranéeUn port sûr pour les 555 migrants de l'«Ocean Viking»

Le navire de SOS Méditerranée vit une situation intenable. Ses 555 migrants à bord, touchés par le mal de mer et la chaleur, doivent retrouver la terre ferme.

Avec 555 personnes à bord, «une situation intenable», le navire de secours en mer «Ocean Viking» a demandé, lundi, aux autorités maritimes compétentes l’attribution d’un port sûr, a-t-on appris auprès de l’ONG SOS Méditerranée.

«Nous avons demandé à toutes les autorités compétentes: Malte, la Tunisie, la Libye et, aujourd’hui, l’Italie», a indiqué, lundi, SOS Méditerranée. Malte a donné une réponse négative à l’ONG, tandis que la Libye et la Tunisie «n’ont pas répondu».

Forte houle et chaleur

Plus de 700 migrants tentant de traverser la Méditerranée à bord d’embarcations de fortune ont été embarqués, durant le week-end, lors d’opérations menées par l’«Ocean Viking» ainsi que par les navires des ONG allemandes Sea-Watch et ResQship.

«La situation est intenable à bord», a assuré une porte-parole de SOS Méditerranée. «Avec une houle qui s’intensifie et une chaleur étouffante, la condition physique des personnes à bord se détériore», a twitté l’ONG lundi. «Beaucoup souffrent du mal de mer. Certains se sont évanouis sur notre pont à cause de la chaleur et de l’épreuve qu’ils ont vécue», a témoigné une responsable de l’équipe médicale.

Après chaque sauvetage, les ONG doivent attendre, bloquées en mer parfois pendant plusieurs jours, l’attribution d’un «port sûr» par les autorités maritimes pour débarquer. Malgré une insécurité persistante, la Libye demeure un important point de passage pour des dizaines de milliers de migrants cherchant, chaque année, à gagner l’Europe par les côtes italiennes, distantes de 300 km des côtes libyennes.

Un mécanisme «en urgence»

La porte-parole en France du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU, Céline Schmitt, a appelé, début juillet, l’Europe à se doter en «urgence» d’un mécanisme de répartition automatique, prévisible et solidaire des migrants secourus, afin de leur offrir les gages d’un meilleur accueil et de ne pas laisser uniquement les pays frontaliers de la Méditerranée en première ligne.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les départs de migrants, les interceptions et les arrivées en Méditerranée centrale sont en augmentation cette année, et au moins 1113 personnes sont mortes en Méditerranée au cours du premier semestre 2021, en tentant de rejoindre l’Europe.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion