A La Réunion – Un Portugais en cavale depuis 2012 arrêté

Publié

À La RéunionUn Portugais en cavale depuis 2012 arrêté

En cavale et sous le coup d’un mandat d’arrêt européen, un ressortissant portugais de 51 ans a été interpellé par les gendarmes à La Réunion.

John Soares vivrait à La Réunion depuis le début de l’année 2016.

John Soares vivrait à La Réunion depuis le début de l’année 2016.

Facebook

Sous le coup d'un mandat d'arrêt européen pour avoir tiré sur sa femme, un ressortissant portugais de 51 ans a été interpellé par les gendarmes à la Possession (une commune de l'ouest de La Réunion) vendredi dernier, a-t-on appris de source judiciaire.

John Soares vivrait à La Réunion depuis le début de l’année 2016. Et les faits qui lui sont reprochés remontent à juillet 2003. Il avait tiré avec un pistolet à air comprimé sur sa compagne. La victime avait été grièvement blessée au visage et à la jambe.

Il avait alors été interpellé et emprisonné, mais il était parvenu à s'enfuir en 2004 alors qu'il était en liberté conditionnelle. Il aurait passé plusieurs années en France métropolitaine avant de revenir en Angleterre en 2011 et d'être à nouveau incarcéré. Mais il est libéré sous caution en 2012, à la suite d'un vice de procédure.

Il vivait normalement sans se cacher

Son passeport est conservé par les autorités, mais John Soares parvient à sortir du territoire britannique grâce à sa carte d'identité. Un mandat d'arrêt européen a été lancé après sa condamnation par contumace en mai 2012 à 12 ans de prison pour «lésions corporelles graves». L'homme a vécu quasiment sans se cacher dans plusieurs pays européens, en Espagne et en Roumanie notamment. Il postait régulièrement des photos de lui à visage découvert sur les réseaux sociaux en donnant sa véritable identité. C'est ainsi qu'un journaliste de la BBC l'a retrouvé et suivi à la trace jusqu'à La Réunion, avant d'avertir les autorités, sonnant la fin de sa cavale.

Déféré devant le parquet général, John Soares a été présenté devant la première présidente de la cour d'appel de Saint-Denis, qui l'a fait incarcérer à la prison de Domenjod dans le nord de l'île. Il a été présenté mardi devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel qui doit se prononcer sur la régularité du mandat européen. La décision sera rendue mardi prochain. A cette date, il saura s'il est reconduit ou non au Royaume-Uni.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion