Au Luxembourg – «Un premier sauvetage, ça ne s'oublie pas»

Publié

Au Luxembourg«Un premier sauvetage, ça ne s'oublie pas»

REMERSCHEN - Formé à la surveillance de la baignade et au sauvetage, le personnel de l’ASBL «Erliefnis Baggerweier» assure la sécurité au Lac de Remerschen.

Avec leur tee-shirt orange fluo sur le dos et leurs jumelles à la main, il est impossible de les manquer. Du haut de leur tour, Tom, 27 ans, et Anderton, 25 ans, surveillent les deux zones de baignade du lac de Remerschen. Employés par l'ASBL «Erliefnis Baggerweier», à qui la commune de Schengen a confié la gestion du site depuis 2020, les deux jeunes hommes n'ont pas tardé à mettre en pratique leur brevet «Open Water», dispensé par l'Association luxembourgeoise des instructeurs de natation.

En juin, ils ont mené leur première mission de sauvetage: secourir une jeune femme qui avait sauté d'une petite barque. «Je suis parti à la nage et Anderton m'a suivi avec le paddle», se souvient Tom. La jeune femme, qui s’était séparée de son gilet de sauvetage, était en difficulté au milieu du lac. «Elle était paniquée, alors notre premier réflexe a été de la rassurer et de lui dire qu'elle était hors de danger. Ça n'a rien à voir avec les exercices. L'adrénaline et la pression ne sont pas comparables», ajoute-t-il. «Ça reste dans nos têtes. Un premier sauvetage, ça ne s'oublie pas», sourit Anderton.

Comme eux, une vingtaine de personnes ont bénéficié d’une formation dispensée par l’Association luxembourgeoise des instructeurs de natation. «Ils ont obtenu leur brevet avec brio et ils font un excellent travail ici», se réjouit Ramon Hemmer, président de l’ASBL Erliefnis Baggerweier, qui favorise l’insertion et la réinsertion professionnelle de publics variés. En coopération avec la police grand-ducale, une formation sur la gestion des conflits a également été suivie par le personnel.

(L'essentiel/ yb)

Ton opinion