Un prêtre soupçonné de proxénétisme

Publié

Un prêtre soupçonné de proxénétisme

METZ - Selon son avocat, un homme d'Église messin aurait fait la connaissance d'une prostituée un soir de déprime puis l'aurait mise en relation avec un salon de massage.

"Le prêtre, n'avait aucune intention délictuelle", affirme l'avocat de l'homme d'église.

"Le prêtre, n'avait aucune intention délictuelle", affirme l'avocat de l'homme d'église.

dr

L'habit ne fait pas le moine. La preuve, avec l'histoire de ce prêtre. d'une cinquantaine d'années du diocèse de Metz. Ce dernier a été mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" pour avoir servi d'intermédiaire à une jeune prostituée.

Le religieux, qui a aussitôt été démis de ses fonctions par l'évêché de Metz, a été brièvement placé en garde à vue la semaine dernière. Il a été présenté lundi au juge et placé sous contrôle judiciaire. Une dizaine de personnes ont déjà été mises en examen en juin, dont un couple, écroué depuis dix jours.

Le prêtre voulait «aider la jeune femme»

Son défenseur nancéien, Me Alain Behr, est persuadé que son client sera finalement relaxé "car il n'a retiré aucun profit dans cette affaire". "Le prêtre, qui n'avait aucune intention délictuelle, a seulement été victime de sa naïveté et de son souci de rendre service à une jeune femme en plein désarroi", a expliqué l'avocat.

Le religieux a été identifié par les enquêteurs dans le cadre d'une surveillance téléphonique, après avoir appelé à deux reprises un "salon de massage" dont il était occasionnellement client à Talange. Il voulait ainsi aider une jeune femme rencontrée dans un hôtel qui souhaitait travailler dans un cadre plus structuré, selon son avocat.

Obligation de soins

"Malheureusement, le simple fait d'aider une prostituée ou de la mettre en contact est constitutif de l'incrimination de prostitution", estime Me Behr. Il va contester l'incrimination parce qu'elle est "beaucoup trop large et trop vague".

La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS)de Nancy, qui traite cette affaire de proxénétisme, a placé lundi le prêtre sous contrôle judiciaire avec l'obligation de se soigner. Elle n'a pas suivi les réquisition du parquet qui avait réclamé à l'encontre du prêtre une interdiction de séjour en Moselle et l'obligation de séjourner dans une enceinte religieuse.

lessentiel.lu avec AFP

La JIRS instruit depuis six mois ce dossier qui porte sur un réseau de prostitution actif en Moselle, Meurthe-et-Moselle, Belgique, Luxembourg et à Paris. Une dizaine de prostituées travaillaient dans ce réseau dont la publicité se faisait sur plusieurs sites Internet.

Ton opinion