Nouveau gouvernement grec – Un «pur et dur» de Syriza aux Finances

Publié

Nouveau gouvernement grecUn «pur et dur» de Syriza aux Finances

Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras dévoile son gouvernement. Il a nommé l'économiste Yanis Varoufakis, pourfendeur de la «dette odieuse», au poste de ministre des Finances.

Alexis Tsipras a dévoilé les premiers membres de son gouvernement. L'universitaire Yanis Varoufakis, 53 ans, économiste pourfendeur de «la dette odieuse» et partisan de la «fin des mesures d'austérité», a été nommé ministre des Finances du gouvernement Tsipras, et sera ainsi en charge des négociations sur la dette avec les créanciers du pays.

«Économiste par accident», comme il se décrit dans son blog, Yanis Varoufakis est un ancien conseiller de l'ex-Premier ministre socialiste Georges Papandréou. Il s'est fait connaître au pic de la crise grecque, en incarnant la voix de «l'anti-austérité» et en critiquant le plan de sauvetage du pays par des prêts UE et FMI tout en défendant le maintien de la Grèce dans la zone euro.

Effectifs réduits

Alexis Tsipras a également nommé comme vice-premier ministre un économiste considéré comme plus modéré, Ioannis Dragasakis, 68 ans, adepte de la restructuration de la dette mais aussi de réformer l'Etat. Le gouvernement Tsipras est resserré, ne comportant plus qu'une dizaine de ministères, dont quatre super-ministères (Economie, Intérieur, Culture, Santé). C'est la moitié qu'auparavant.

Le partenaire de la coalition, le parti souverainiste de droite des Grecs indépendants, obtient le ministère de la Défense pour son président Panos Kammenos. Le ministre des Affaires étrangères est Nikos Kotzias, un universitaire et professeur et ancien conseiller de l'ex-premier ministre socialiste Georges Papandréou.

Discussions déjà en route

Jeudi, le président du Parlement européen Martin Schulz sera le premier dignitaire étranger à venir rencontrer M. Tsipras à Athènes, et il rapportera vendredi soir ses impressions à Angela Merkel et François Hollande lors d'un dîner à Strasbourg. Mais surtout, vendredi, c'est le président de l'Eurogroupe (les ministres des Finances de la zone euro, ndlr) en personne, Jeroen Dijsselbloem, qui fera le déplacement à Athènes.

Il s'est déjà entretenu lundi au téléphone pendant quinze minutes avec M. Varoufakis, déjà largement pressenti pour le poste, à l'issue d'une réunion de l'Eurogroupe. Tout en avertissant que «les problèmes de la Grèce sont toujours là» et «qu'ils attendent des solutions», Jeroen Dijsselbloem s'est dit prêt à «attendre de connaître la position du nouveau gouvernement».

L'UE a fixé à la Grèce la limite de fin février pour accomplir certaines réformes nécessaires au déblocage de quelque sept milliards d'euros d'aide, un délai dont M. Tsipras devra décider s'il souhaite qu'il soit prolongé ou non.

(L'essentiel/AFP)

Composition

Au total, une quarantaine de ministres, ministres adjoints et secrétaires d'Etat, dont six femmes, participent à ce gouvernement. Voici quelques membres:

Vice-premier ministre : Ioannis Dragasakis

Finances: Yanis Varoufakis

Affaires Etrangères: Nikos Kotzias

Défense: Panos Kammenos

Intérieur: Nikos Voutsis

Emploi: Panos Skourletis

Santé-Sécurité sociale: Panayotis Kouroublis

Justice: Nikos Paraskevopoulos

Ton opinion