Loi antitabac – Un quart des jeunes a ralenti sur la cigarette

Publié

Loi antitabacUn quart des jeunes a ralenti sur la cigarette

LUXEMBOURG – Selon le ministère de la Santé, 28% des 16/24 ans ont diminué leur consommation de cigarettes depuis qu'il est interdit de fumer dans les bars et discothèques.

L'interdiction de fumer dans les lieux de sortie est approuvée par 84% des résidents, et 88% des non fumeurs.

L'interdiction de fumer dans les lieux de sortie est approuvée par 84% des résidents, et 88% des non fumeurs.

Pierre Matge

Quel est l'impact de la loi antitabac, qui depuis le 1er janvier proscrit l'usage de la cigarette dans les bars et discothèques, sur la population? C'est à cette question qu'a répondu lundi matin la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, en dévoilant les résultats d'une étude menée en septembre. À en croire cette enquête, 28% des 16/24 ans ont diminué leur consommation de cigarettes depuis l'introduction de la loi. Mais cette proportion retombe à 12% pour l'ensemble de la population des fumeurs et 84% d'entre eux déclarent que la nouvelle loi n'a rien changé à leurs habitudes tabagiques.

Pour autant l'interdiction de fumer dans les lieux de sortie est approuvée par 84% des résidents, et 88% des non fumeurs. Les fumeurs, eux, sont 69% à penser que ça a été une bonne chose. Un tiers d'entre eux (34%) la jugent «très contraignante» ou «plutôt contraignante».

Augmentation du prix du paquet

Concernant la fréquentation, 28% des fumeurs disent se rendre moins souvent dans les bars et discothèques maintenant qu'ils ne peuvent plus s'en griller une en sirotant une bière. Par opposition, 20% des non-fumeurs fréquentent plus souvent bars et restaurants. Au final, 17% de l'ensemble des résidents indiquent se déplacer plus souvent qu'avant dans les bars et discothèques.

«La baisse de fréquentation auprès de certains fumeurs est intégralement compensée par la réappropriation des lieux par les non-fumeurs», retient donc Lydia Mutsch. La ministre a affirmé qu'elle entendait, «dans les mois et années à venir», poursuivre la politique d'augmentation du prix du paquet de cigarettes. Et ce, notamment, afin de contrer la baisse des accises sur le tabac récemment décidée pour contrer l'impact de la hausse de la TVA. Décision qui n'était pas de son ressort, a-t-elle rappelé.

(Pierre Théobald)

Ton opinion