Au Luxembourg: Un quart des salariés sont prêts à démissionner

Publié

Au LuxembourgUn quart des salariés sont prêts à démissionner

LUXEMBOURG – Parmi les pays européens, le Luxembourg semble être le plus concerné par la «Grande Démission» qui suit la crise sanitaire.

Les jeunes sont plus enclins à avoir la bougeotte.

Les jeunes sont plus enclins à avoir la bougeotte.

Au niveau mondial, 20% des plus de 52 000 sondés par PwC jugent «très élevée» ou «extrêmement élevée» la probabilité de changer d'employeur, dans les douze prochains mois. Et si le Vieux Continent semble épargné par le phénomène, il est des pays où le pourcentage est élevé. C'est le cas au Luxembourg, où 25% des salariés se disent prêts à claquer la porte dans les douze mois. Suivent les Danois (22%) et les Irlandais (21%). Les Tchèques (12%) et les Belges (13%) sont les moins enclins à changer d'employeur, dans les douze prochains mois, suivis de près par les Français et les Néerlandais (15%).

Au vu de ces chiffres, «la Grande Démission n’est pas un raz-de-marée multinational», commente Frédéric Petitbon, associé People & Organisation chez PwC France et Maghreb. En revanche, le phénomène est plus tangible «d'un point de vue sectoriel et l'hôtellerie, la restauration et les métiers de services» subissent des vagues de départs dans le monde entier, complète-t-il.

Surtout les jeunes

Tous secteurs confondus, les pays qui enregistrent les intentions de démission les plus élevées sont l'Inde et l'Afrique du Sud (34%), talonnés par l'Arabie saoudite (33%), les Émirats arabes unis (32%) et le Koweït (31%). Les États-Unis sont exactement dans la moyenne mondiale, et la Chine nettement en dessous (13%).

Les envies de changer d'air sont plus fréquentes chez les jeunes actifs, puisque les 18-25 ans sont trois fois plus nombreux que les 58-76 ans à vouloir changer d'employeur. Dans un contexte de forte inflation, 35% des salariés prévoient de demander une augmentation de leur rémunération, dans les douze prochains mois.

Les exigences salariales sont très variables d'un secteur à l'autre: 44% des employés du secteur des technologies se disent sur le point de solliciter une augmentation, contre seulement 25% des employés du public et 30% des travailleurs de la santé. L'étude a été menée en ligne en mars 2022, auprès de 52 195 salariés actifs dans 44 pays. L'échantillon moyen de répondants dans chaque pays est proche de 1 200 personnes.

(mc/AFP)

Ton opinion

42 commentaires