Belle histoire: Un sans-abri canadien compose une chanson sur Differdange

Actualisé

Belle histoireUn sans-abri canadien compose une chanson sur Differdange

DIFFERDANGE – Edward, 71 ans, a posé ses valises dans la Cité du fer en avril 2021. Il vient d'enregistrer «The Differdange Song» comme marque de gratitude envers la ville qui l'a accueilli.

par
Pascal Piatkowski
Edouard sans abri
Differdange 
parc Gerlache 

photo : Vincent Lescaut

L'essentiel/Vincent Lescaut

Avec sa barbe blanche, ses yeux bleu acier et sa guitare à portée de main, Edward ne laisse pas indifférent, installé sur un banc du parc Gerlache, à Differdange. Ce sans-abri canadien, originaire de Toronto, a posé ses valises dans la Cité du fer en avril 2021, séduit par la proximité entre la gare et cet écrin de verdure niché au cœur de la ville. «J'ai choisi le Luxembourg parce que c'est l'un des seuls pays en Europe que je ne connaissais pas», explique ce grand voyageur, passé par une centaine de villes depuis sa découverte du Vieux Continent en 2005 (Prague, Berlin, Barcelone, Paris, Budapest…).

À Differdange, Edward (71 ans) a fait la connaissance de Saverio Rella, responsable du service Streework «collecDIFF», un éducateur spécialisé qui travaille avec trois autres personnes à un projet pilote de Caritas, financé par la commune, pour améliorer le sentiment de sécurité de la population. Entre les deux, la confiance s'est vite installée, nourrie par une passion commune pour la musique. «Je lui ai proposé de composer une chanson sur Differdange et Edward s'est vite pris au jeu», souligne Saverio Rella.

«Une marque de gratitude envers la ville qui l'a accueilli»

Si le projet a mis plusieurs mois à mûrir, il a fini par se concrétiser dans le studio de Packo Gualandris, à Oberkorn. «The Differdange Song», un single en anglais d'un peu plus de deux minutes, n'attend plus que d'être mis en ligne sur une plateforme. «On aimerait d'abord le faire écouter à la bourgmestre, Christiane Brassel-Rausch, racontent les deux hommes, car c'est avant tout une chanson pour la commune». Avant, pourquoi pas, de la diffuser à la radio et de réaliser un clip avec Edward.

Le sans-abri canadien est vraiment reconnaissant que ce projet ait pu aboutir. Pudique et secret, il rechigne à intégrer une structure d'accueil, préférant son indépendance et sa liberté, quelles que soient les conditions météorologiques. «Cette chanson, c'est comme une marque de gratitude envers la ville qui l'a accueilli, note Saverio Rella. Avant de s'en aller, Edward veut laisser une trace musicale de son passage chez nous…».

«Oberkorn» (It's a Small Town)

Ton opinion

7 commentaires