Décapitation de Kassig – Un second Français parmi les bourreaux de l'EI?

Publié

Décapitation de KassigUn second Français parmi les bourreaux de l'EI?

Un deuxième Français pourrait avoir participé à la décapitation de prisonniers par le groupe État islamique, a déclaré lundi le procureur de la République de Paris.

«Un second Français», outre Maxime Hauchard, pourrait figurer parmi les bourreaux du groupe jihadiste État islamique dans une «vidéo de propagande» diffusée dimanche montrant des décapitations, a déclaré lundi le procureur de Paris, François Molins. La présence d'un «second Français» est «possible», mais reste à confirmer, a indiqué le procureur, en annonçant lors d'une conférence de presse l'ouverture par la justice française d'une enquête pour assassinat en bande organisée dans le cadre d'une entreprise terroriste. Cette enquête vise «les agissements de deux Français» pouvant être impliqués dans la décapitation de prisonniers par le groupe «État islamique, a-t-il dit.

Un Français apparaissait sur la vidéo de décapitations diffusée dimanche par l'État islamique (EI), mettant notamment en scène le meurtre de l'Américain Peter Kassig. Plusieurs spécialistes du terrorisme et des proches avaient reconnu et identifié sur les images Maxime Hauchard, 22 ans, originaire de Normandie, qui se ferait désormais appeler Abou Abdallah Al Faransi. La vidéo, où les jihadistes et leurs victimes apparaissaient les uns après les autres, montrait le Français en train de pousser un otage devant lui et se saisir d'un couteau.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion