Meurtres d'Océane – Un septuagénaire recidiviste suspecté
Publié

Meurtres d'OcéaneUn septuagénaire recidiviste suspecté

Un septuagénaire, connu de la justice pour des agressions à caractère sexuel, était toujours en garde à vue lundi en fin de matinée après la découverte dimanche du corps d'Océane.

Ce retraité vivant non loin du domicile de l'enfant a «un profil très inquiétant», a indiqué une source proche de l'enquête. Il a été interpellé dès dimanche 21H00, sans opposer de résistance, quelques heures après la découverte du corps de la fillette à proximité d'un chemin, à trois kilomètres du lieu de la disparition.

le procureur de la République de Nîmes, Robert Gelli, a indiqué que cet homme de 73 ans était connu de la justice pour «des faits d'agressions à caractère sexuel» et évoqué des «faits de même nature» sans cependant donner plus de précisions. Le procureur de la République, en répétant qu'il «fallait être très prudent», a souligné que des vérifications étaient nécessaires et qu'elles étaient toujours en cours. Le magistrat s'est rendu à Bellegarde vers midi: il devrait tenir une conférence de presse dans la journée.

Vingt quatre heures après ce drame, l'incrédulité le disputait à la colère chez les habitants de Bellegarde. Sur la place du village, à côté de la Fontaine aux Lions, non loin du domicile des parents, où une photo d'Océane, avec un mot «en souvenir d'Océane», a été glissée dans une pochette en plastique au-dessus de quelques bougies, le meurtre de la fillette était de toutes les discussions.

Un village sous le choc

«On est toujours choqué. Même quand cela ne se passe pas chez nous mais quelque part en France, on est choqué. Qui ne le serait pas?», assure une mère de famille de cette petite ville de 6.000 habitants, où les parents d'Océane s'étaient installés en avril 2010 avec leur fille unique après avoir quitté Nîmes. «Depuis hier (dimanche), je n'ai pas dormi. Je vis cela très malheureusement», confirme une autre, soulignant que cette bourgade est habituellement très calme.

L'interpellation d'un suspect a calmé un peu les esprits. Mais si certains villageois admettent connaître l'homme gardé à vue, personne ne souhaite pour l'instant parler de ce retraité solitaire. C'est aussi le cas du maire (PS) de Bellegarde, Juan Antoine Martinez. Selon lui, les habitants sont «très choqués, très tristes mais il n'y a pas de psychose». Des cellules psychologiques, a-t-il précisé, ont été mises en place dans les différentes écoles de la commune, notamment à l'école primaire Batisto Bonnet où était scolarisée Océane, décrite comme une «très bonne élève».

Les parents d'Océane, eux, ont quitté la commune après avoir été entendus dimanche par les enquêteurs pour se réfugier chez le grand-père d'Océane, a précisé M. Martinez.

L'essentiel Online /

(AFP)

Découverte le pantalon baissé

Le corps d'Océane, tuée de plusieurs coups de couteau, avait été découvert par une riveraine dimanche vers 10H30 sur un terrain à la sortie du village. Il était «en partie dénudé» et dans un état laissant à penser «qu'elle avait été transportée là puisqu'il n'y a pas de traces de boue ni de traces particulières de ses blessures sur ses vêtements», a expliqué le Procureur de Nîmes.

Selon lui, le décès remontait à samedi soir, peu après la disparition de la fillette, signalée peu après 19h00. «On ne peut pas dire si la fillette a été violée», avait précisé le procureur, révélant que la fillette avait été découverte le pantalon baissé. Une autopsie a été pratiquée mais les résultats n'ont pas été communiqués.

Ton opinion