Deinonychus antirrhopus: Un squelette de dinosaure vendu 12 millions de dollars
Publié

Deinonychus antirrhopusUn squelette de dinosaure vendu 12 millions de dollars

Baptisé le Raptor, le squelette d’un Deinonychus antirrhopus, constitué de 126 os fossilisés et mesurant plus de 3 mètres de long, a été adjugé 12,4 millions de dollars, à un client asiatique, chez Christie’s à New York jeudi soir.

Baptisé le Raptor, le squelette d’un Deinonychus antirrhopus, constitué de 126 os fossilisés et mesurant plus de 3 mètres de long, a été adjugé pour 12,4 millions de dollars, frais inclus, à un client asiatique, a indiqué la maison d’enchères après la vente, sans autre précision. C’est le deuxième prix le plus élevé pour une telle relique, loin cependant derrière un spécimen de la grande star, le Tyrannosaurus Rex, parti en 2020 pour 31,8 millions de dollars.

En bon état de conservation, le Raptor, qui trônait à l’entrée du siège de Christie’s à Manhattan, était présenté comme le plus complet pour cette espèce. Il avait été découvert il y a plusieurs années à Wolf Canyon, dans le Montana, et a toujours été en mains privées depuis.

Libertés scientifiques

Plus petit que le T-Rex, plus agile aussi, le Deinonychus antirrhopus a inspiré le Velociraptor du film «Jurassic Park» de Steven Spielberg (1993). En réalité, il s’agit de deux espèces différentes, mais les scénaristes avaient pris quelques libertés avec la vérité scientifique. Les ventes de squelettes de dinosaures animent désormais régulièrement les enchères, comme «Big John», squelette de tricératops de 8 m de long vendu 6,6 millions d’euros à un particulier américain en octobre 2020. Quitte à frustrer les paléontologues, qui y voient une chance de moins de les exposer dans les musées.

Cette vente venait achever une soirée plus traditionnelle, marquée notamment par un record pour Edgar Degas (1834-1917), dont une sculpture, «Petite danseuse de quatorze ans», a été vendue pour 41,6 millions de dollars, le plus haut jamais atteint aux enchères pour l’artiste français.

Ce bronze délicat à patine brune, qui représente avec réalisme et détails une jeune ballerine, n’est pas l’original, exposé à la National Gallery of Art de Washington, mais l’une des épreuves exécutées dix ans après la mort de l’impressionniste français par le fondeur Adrien-Aurélien Hébrard.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires