En Grande-Bretagne – Un super flic à la tête de la police londonienne

Publié

En Grande-BretagneUn super flic à la tête de la police londonienne

Bill Brattons, qui a réduit drastiquement la criminalité à New York et Los Angeles, serait disposé à prendre la tête de la police de Londres, selon «The Times».

Bill Bratton est âgé de 65 ans.

Bill Bratton est âgé de 65 ans.

AFP

Selon la presse, le gouvernement britannique tient à faire venir dans la capitale le célèbre policier Bill Bratton, auréolé de ses succès contre le gangstérisme dans son pays, et son nom est généralement cité en tête de la liste des responsables pouvant prendre la direction de la police britannique. «J'ai eu le privilège de diriger les deux départements de police américains dotés d'un impact international et c'est un aspect qui constitue une partie de mon intérêt pour le Met», a-t-il déclaré selon le Times.

La ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May, doit aplanir la semaine prochaine un obstacle à cette nomination en annonçant son projet d'autoriser les hauts fonctionnaires de police américains à devenir directeurs de la police au Royaume-Uni.

Émeutes de Londres

«Dans les Îles britanniques, le seul emploi qui m'intéresse serait le Met à cause de l'affection que j'ai pour Londres et pour le Met, et à cause des fonctions uniques de cette institution qui assure la police de la ville, la sécurité de la famille royale et des responsabilités antiterrorisme», a-t-il déclaré. «Le Met détient une position unique dans l'application de la loi, il n'a aucun équivalent aux États-Unis et cela a toujours constitué l'un de ses attraits», a-t-il insisté.

Bill Bratton, âgé de 65 ans, s'occupe actuellement de sa propre société de conseil pour l'exécution de la loi à New York. Le Premier ministre britannique David Cameron avait déjà fait appel au policier américain en tant que consultant au moment des émeutes de Londres en 2011. Son nom avait circulé à cette époque comme possible chef de Scotland Yard, en plein scandale des écoutes téléphoniques impliquant le groupe de presse de Rupert Murdoch.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion