Au Luxembourg: L'état civil devrait bientôt intégrer un troisième genre

Publié

Au LuxembourgL'état civil devrait bientôt intégrer un troisième genre

LUXEMBOURG – Le gouvernement travaille sur une nouvelle option, en plus de «homme» et «femme». Les détails restent à définir.

par
Joseph Gaulier
Dan Biancalana a lancé le débat mardi à la Chambre.

Dan Biancalana a lancé le débat mardi à la Chambre.

Editpress/Alain Rischard

En plus des options «homme» et «femme», une troisième possibilité devrait prochainement être proposée dans les documents officiels. «Un avant-projet de loi est en préparation et nous espérons le déposer au printemps», a indiqué mardi Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Justice, à la Chambre des députés. Elle réagissait à une question élargie du député Dan Biancalana (LSAP) qui entend «répondre aux demandes sur les identités sexuelles, les notions de trans-identité et à ceux qui ne s’identifient pas à leur sexe de naissance».

Le changement de genre à l’état civil, déjà admis sans opération chirurgicale, a concerné 105 personnes depuis 2018, a rappelé Dan Biancalana. Selon lui, cette possibilité ne suffit plus et le code civil «n’est plus adapté» sur ce sujet. Évoquant «une question très importante», la ministre a précisé que les travaux du groupe interministériel étaient toujours en cours et que les détails de la future loi n’étaient pas encore connus.

Des modèles différents à l'étranger

«La question est complexe car elle implique de nombreuses questions», même au niveau international avec un changement sur les passeports, a détaillé Sam Tanson. La réforme pourrait concerner transgenres, intersexes (variations naturelles du corps) et/ou non-binaires (qui ne se sentent ni homme, ni femme). «Nous demandons une catégorie "non renseignée", qui répondrait au véritable sentiment des personnes», réagit Laurent Boquet, membre du conseil d’administration de l’ASBL Rosa Lëtzebuerg.

Plusieurs modèles ont déjà été adoptés ou font l’objet de débats à l’étranger. «La solution de la Belgique ne concerne que les intersexes. C’est exactement ce que nous ne voulons pas, car c’est trop limité et stigmatisant», reprend Laurent Boquet.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

45 commentaires