Sciences : Un virus a fait capoter la greffe d’un coeur de porc sur un humain 

Publié

Sciences Un virus a fait capoter la greffe d’un coeur de porc sur un humain 

David Bennett était décédé quelques mois après sa greffe du coeur. Selon un rapport évoqué dans une revue scientifique, une infection causée par un virus porcin aurait précipité sa mort.  

L’opération s’était déroulée le 7 janvier dernier. David Bennett est décédé le 8 mars. 

L’opération s’était déroulée le 7 janvier dernier. David Bennett est décédé le 8 mars. 

AFP

Le premier patient au monde à avoir reçu une greffe de coeur d'un porc génétiquement modifié est décédé deux mois après son opération, avait annoncé l'hôpital de l'Université du Maryland où il était pris en charge, tout en soulignant que l'expérience représentait malgré tout une grande avancée pour la recherche. La cause exacte du décès n'avait pas été identifiée sur le moment.

S’appuyant sur un nouveau rapport, pas encore rendu public, le MIT Technology Review a appris que le cœur de Bennett était affecté par le cytomégalovirus porcin, une infection évitable pouvant causer des effets dévastateurs sur les greffes.

«Nous commençons à comprendre pourquoi il est décédé, a déclaré à la revue Bartley Griffith, chirurgien spécialiste des greffes de l’école de médecine de l’Université du Maryland qui a réalisé la transplantation. Il pense que le virus «était peut-être l'acteur, ou pourrait être l'acteur, qui a déclenché tout cela».

Il faut des porcs «sains»

Cette opération dans le Maryland a été un test majeur de xénogreffe. Mais les porcs spéciaux élevés pour fournir des organes sont censés être exempts de virus. Il semble donc que l'expérience ait été compromise par une erreur. La société de biotechnologie qui a élevé et conçu les porcs, Revivicor, a refusé de commenter et n'a fait aucune déclaration publique sur le virus.

«C'était surprenant. Ce porc est censé être exempt de tous les agents pathogènes porcins, et celui-ci est important», a déclaré Mike Curtis, PDG d' eGenesis , une société concurrente qui élève également des porcs pour des greffes d'organes. «Sans le virus, David Bennett aurait-il vécu? Nous ne savons pas, mais l'infection n'a pas aidé. Cela a probablement contribué à l'échec.»

«Nous avons obtenu des informations de grande valeur et appris qu'un coeur de porc génétiquement modifié pouvait correctement fonctionner à l'intérieur d'un corps humain lorsque le système immunitaire est correctement maîtrisé», a déclaré Muhammad Mohiuddin, directeur scientifique du programme de xénotransplantations de cet hôpital. «Nous restons optimistes et prévoyons de continuer notre travail lors de futurs essais cliniques.»

La détection du virus porcin dans le cœur de Bennett n'est pas nécessairement une mauvaise nouvelle pour les xénogreffes. Si un virus porcin jouait un rôle, cela pourrait signifier qu'une xénogreffe cardiaque sans virus pourrait durer beaucoup plus longtemps. Certains chirurgiens pensent que les derniers coeurs génétiquement modifiés pourraient en théorie continuer à battre pendant des années – et des procédures plus rigoureuses devraient permettre de filtrer le virus. «S'il s'agissait d'une infection, nous pouvons probablement l'empêcher à l'avenir», a conclu Griffith lors de sa présentation .

Plus de 100 000 greffes en attente

Près de 110’000 Américains sont actuellement sur liste d'attente pour une greffe d'organe et plus de 6000 personnes qui auraient besoin d'une greffe meurent chaque année dans le pays. En 1984, un coeur de babouin avait été transplanté sur un bébé mais la petite, surnommée «Baby Fae», n'avait survécu que 20 jours.

Les valves cardiaques de porc sont déjà très utilisées chez les humains et leur peau peut être utilisée pour des greffes sur de grands brûlés. Pour beaucoup, les porcs représentent des donneurs d'organes idéaux en raison de leur taille, de leur croissance rapide et de leurs portées qui comptent beaucoup de petits.

(adi/afp)

Ton opinion

0 commentaires