Franck Dubosc – «Un voeu? Ce serait de retrouver mes 40 ans»
Publié

Franck Dubosc«Un vœu? Ce serait de retrouver mes 40 ans»

Le comédien français Franck Dubosc se confie sur sa vie alors qu'il est à l'affiche du film «Le sens de la famille», où il joue une femme, une enfant, une ado...

Difficile de résumer le film de Jean-Patrick Benes, au ciné le 30 juin, sans qu’il paraisse plus compliqué qu’il ne l’est vraiment. Comme le dit son héros Franck Dubosc, «c’est l’histoire d’une famille qui ne s’écoute plus et qui, en changeant de corps, finit par mieux se comprendre».

Dans ce film, vous jouez plusieurs personnages.

On ne peut pas vraiment dire qu’on joue différents personnages, parce qu’on est toujours soi-même. On joue le même à l’intérieur d’autres, comme quelqu’un qui se déguiserait plusieurs fois.

Quel membre de la famille avez-vous préféré incarner?

La plus difficile, c’était l’adolescente. C’est elle que j’ai préféré jouer.

Pour quelle raison?

Parce que le challenge était plus difficile justement, il ne fallait surtout pas être dans la caricature. La petite fille, c’est un peu caricatural. Le plus dur pour la jouer, c’était de sucer le pouce. J’ai beaucoup sucé mon pouce quand j’étais jeune, mais je ne me souvenais plus comment faire. Pour répondre franchement, le plus agréable, c’était de jouer le père parce qu’il est différent de moi. C’est un personnage que je n’avais jamais fait.

Ça vous plairait de vous retrouver dans le corps d’un autre?

Pas forcément, parce qu’on reste soi-même. Si c’est 24 heures dans le corps d’une femme, je veux bien, mais je ne veux pas avoir les problèmes qu’ont les femmes. Je ne dirais pas que je suis bien dans mon corps, mais je préfère être mal dans le mien que dans celui d’un autre.

Si vous étiez dans le corps d’une femme, quelle est la première chose que vous feriez?

Je pense que j’irais me promener juste pour bien comprendre combien ça doit être emmerdant de se faire draguer.

Le point de départ du film, c’est votre personnage qui fait un vœu. Si vous pouviez en faire un qui se réalise, ce serait quoi?

Si je devais faire un vœu pour moi, ce serait de retrouver mes 40 ans.

Pourquoi?

C’est une période de ma vie que j’ai bien aimée et je sais qu’on ne la retrouve pas. Ce serait de rajeunir, d’en reprendre un petit peu.

Qu’est-ce que ça vous faisait de vous voir avec une barbe?

C’est agréable d’être caché pour jouer la comédie. En revanche, c’était une fausse barbe qu’on avait fabriquée pour que je puisse tourner avec et sans. Et il se trouve qu’on a décidé la veille du tournage de la garder tout le temps. C’était insupportable, ça piquait! Je n’avais qu’une envie, c’était de l’arracher. La prochaine fois, je ferai avec la mienne.

(L'essentiel/Julienne Farine)

Ton opinion