Viticulture au Luxembourg – Une AOP plus stricte pour booster les vins locaux

Publié

Viticulture au LuxembourgUne AOP plus stricte pour booster les vins locaux

LUXEMBOURG - L'attribution de l’Appellation d'origine protégée «Moselle luxembourgeoise» sera désormais soumise à des critères plus stricts, a détaillé l'Institut viti-vinicole.

Robert Ley, directeur de l'Institut viti-vinicole, Fernand Etgen, ministre de l'Agriculture et de la Viticulture et André Mehlen, contrôleur des vins à l'Institut viti-vinicole.

Robert Ley, directeur de l'Institut viti-vinicole, Fernand Etgen, ministre de l'Agriculture et de la Viticulture et André Mehlen, contrôleur des vins à l'Institut viti-vinicole.

L'essentiel

Si la consommation moyenne de vin augmente de manière régulière au Luxembourg, les vins luxembourgeois ne bénéficient pas de cet effet. Les chiffres sont éloquents. En 2014, 60 000 litres de vins produits au pays étaient consommés au Luxembourg, contre 75 000 en 2012. Un résident buvait en moyenne 10,7 litres de vins luxembourgeois en 2014, soit trois fois moins qu'il y a 25 ans. Le Luxembourg souffre de la concurrence des producteurs étrangers. Conséquence directe de cette évolution, un nouveau système de qualité pour les vins de l'Appellation d'origine protégée «Moselle luxembourgeoise» vient d'être mis en place. Un système beaucoup plus strict qu'auparavant.

Tous les vins dont le rendement est supérieur à 100 hl/ha ne pourront plus bénéficier de ce label. Avant cela, la barre était fixée à 120 hl/ha. «Plus le rendement est faible meilleur est le vin. Jusqu'à présent, la qualité des vins était jugée au moment de la dégustation. Ce ne sera plus le cas», précise André Mehlen, contrôleur des vins à l'Institut viti-vinicole. Autre évolution fondamentale, le lieu d'origine des vins sera largement mis en avant sur les étiquettes, de manière «à faire ressortir l'expression du terroir». Un changement devenu indispensable pour Robert Ley, directeur de l'Institut viti-vinicole: «Le constat a été fait il y a une dizaine d'années que les vins d’appellation sont ceux qui rencontrent le plus grand succès en Europe. Nous devons nous adapter», explique-t-il.

Parmi les nouvelles perspectives, le Luxembourg compte également gagner de nouveaux marchés, notamment en Sarre, pour relancer la consommation de vins luxembourgeois. Le volet marketing pourrait également être entièrement réformé avec la possible suppression de la commission de promotion des vins et crémants. «Un audit d'EY Luxembourg est actuellement en cours de réalisation. Les résultats devraient tomber avant juillet. Les chiffres de consommation sont en baisse, nous devons nous poser les bonnes questions», a justifié Robert Ley.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous êtes fan de vin luxembourgeois? Découvrez des vins locaux et internationaux lors de la Foire de printemps qui se tiendra du 9 au 17 mai, à Luxexpo, au Kirchberg.

Ton opinion