Sur smartphone – Une application pour traquer le virus Ebola

Publié

Sur smartphoneUne application pour traquer le virus Ebola

Conçu autour d'un système de cartographies, le logiciel a été mis en place pour suivre la propagation du virus et pour connaître les besoins des communautés touchées.

Le virus Ebola a donné de l'imagination aux créateurs d'applications. Depuis la résurgence de l'épidémie, plusieurs apps ont été créées. Certaines très utiles comme celle conçue par IBM pour traquer le virus, d'autres beaucoup moins, comme celle-ci (image ci-dessus), qui est un jeu devenu très populaire qui permet aux joueurs de développer leur propre maladie.

Le virus Ebola a donné de l'imagination aux créateurs d'applications. Depuis la résurgence de l'épidémie, plusieurs apps ont été créées. Certaines très utiles comme celle conçue par IBM pour traquer le virus, d'autres beaucoup moins, comme celle-ci (image ci-dessus), qui est un jeu devenu très populaire qui permet aux joueurs de développer leur propre maladie.

Capture d'écran

Le système, fruit d'une collaboration entre le géant informatique IBM, des compagnies de téléphonie mobiles locales et des universitaires, permet aux personnes vivant dans des zones où sévit l'épidémie d'envoyer des messages instantanés gratuits touchant à Ebola. L'application permet de les localiser précisément et donc d'évaluer les besoins locaux.

Des tests ont déjà été effectués, qui ont permis «de détecter des régions spécifiques où le nombre de cas suspects d'Ebola augmente et où, en conséquence, il y a un besoin urgent de savons, d'électricité, ou encore d'une collecte rapide de cadavres et d'enterrements», a expliqué IBM dans un communiqué. L'idée est donc de permettre une meilleure allocation des ressources, notamment humaines, sur le terrain.

«En utilisant la technologie mobile, nous donnons aux communautés une voix et un moyen de faire part de leurs expériences directement», a expliqué Uyi Stewart, responsable de la recherche Afrique pour IMB, cité dans le communiqué.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion