Arnaque – Une cyberattaque par SMS sévit au Luxembourg
Publié

ArnaqueUne cyberattaque par SMS sévit au Luxembourg

LUXEMBOURG - Un nouveau type d’arnaque en ligne par SMS, appelé «smishing» prospère. La consigne est de ne surtout pas répondre au message!

Le SMS frauduleux invite souvent à s'acquitter de frais de port.

Le SMS frauduleux invite souvent à s'acquitter de frais de port.

Peut-être avez-vous reçu récemment un SMS vous invitant à vous acquitter de frais de port afin de recevoir le colis que vous avez commandé. Attention, il s’agit vraisemblablement d’une communication frauduleuse, car les administrations, pas plus que les entreprises de livraison traditionnelles, ne demandent jamais de fournir des informations confidentielles par SMS.

Ce type d’escroquerie d’un genre nouveau, appelé le «smishing» (néologisme né de la contraction de SMS et de «phishing» (hameçonnage)) est déjà bien connu des forces de l’ordre et des sociétés de livraison. Ainsi, chez DHL, les premiers SMS usurpant la marque «sont apparus à l’automne 2021». Heureusement, DHL salue «la vigilance des destinataires», qui «semble avoir limité l’impact de cette fraude».

Seuls, donc, quelques cas ont été communiqués du côté de l’entreprise de livraison, tandis que la police ne dispose pas de chiffres précis de ces tentatives d’escroquerie. En effet, «les escrocs inventent en permanence de nouveaux types de faux messages», avertit la police. Ainsi, récemment, le Luxembourg a connu une vague de SMS, envoyés par un expéditeur se présentant comme «douane». Il indiquait qu’un envoi au destinataire est bloqué par les douanes, et que pour recevoir son colis, la personne est invitée à payer des frais. Tout est évidemment faux.

«Ignorer et bloquer le numéro»

Si très peu de plaintes sont effectivement déposées, car «les destinataires avaient déjà déjoué l’arnaque», la police souligne «la possibilité d’ouvrir des enquêtes» en cas de plainte ou sur ordre du parquet. Les forces de l’ordre précisent toutefois que «ces arnaques prennent le plus souvent une dimension internationale», d’où la nécessité de «coopérer avec Europol».

Si DHL invite ses clients «à la vigilance», la société souligne qu’elle ne demande pas de paiements de ce type», et qu’en cas de doute «il est préférable de contacter sans attendre le service clientèle». Du côté de la police, le conseil principal est de «toujours vérifier, à la fois le numéro de l’expéditeur, et si le numéro de traçage du colis libellé dans le SMS correspond bien à celui attendu».

En recevant un tel message d’un numéro inconnu, le premier réflexe doit être de« l’ignorer et de bloquer ce numéro». Il est également recommandé de conserver des preuves, comme une capture d’écran, et de le signaler à la police.

(Jean-François Colin/L'essentiel)

Ton opinion