Malaise – Une élue fait pleurer sa collègue handicapée

Publié

MalaiseUne élue fait pleurer sa collègue handicapée

Jeudi, à la mairie de Lyon, la leader de la droite a déclaré en riant: «Je n’avais pas saisi que l’on allait pouvoir faire pédaler un pied-bot ou un cul-de-jatte».

L’émotion était à son comble, jeudi, au conseil municipal de Lyon. Il était question d’un rapport sur l’accessibilité de la ville aux handicapés, quand Françoise Blanc a pris la parole. La nouvelle cheffe par intérim des Républicains à Lyon semblait peu convaincue par le choix des intervenants désignés pour travailler sur le projet. «La participation de deux associations, la Ville à Vélo et la Maison du Vélo m’a fait sourire (…) Je n’avais pas saisi que l’on allait pouvoir faire pédaler un pied-bot ou un cul-de-jatte. Trêve de plaisanterie», a-t-elle déclarant en rigolant.

Ces propos ont profondément heurté sa collègue Audrey Hénocque, première adjointe au maire de Lyon. Elle-même en situation de handicap, l’écologiste a demandé à prendre la parole pour répondre à la leader LR. «Ces propos m’ont extrêmement choquée. Tout ce que vous avez dit, Madame Blanc, relève de l’oppression envers les personnes handicapées par les personnes valides. On appelle ça le validisme. (…) Les propos comme «cul-de-jatte» pour parler d’une personne qui est amputée en haut des cuisses, c’est aussi grave que d’utiliser le terme de «nègre» pour parler des personnes de couleur», s’est indignée l’élue.

En conclusion de son intervention improvisée, Audrey Hénocque a reproché à la droite en général d’«objectiver» les gens. «Les mineurs isolés sont des voleurs/violeurs, les étrangers sont telle ou telle chose (…) Je trouve ça très choquant, vous sentez que je suis particulièrement émue», a-t-elle conclu. Accueillie par une standing ovation, l’élue a lâché quelques larmes, rapporte le Huffington Post.

Dans la foulée, Françoise Blanc a présenté de vagues excuses: «Madame, je tiens à vous exprimer tous mes regrets si j’ai pu susciter en vous quelque chose qui vous a choquée. Vous ne le savez sans doute pas mais je suis très liée au milieu du handicap. Les propos que j’ai rapportés aujourd’hui ne choquent absolument pas les gens qui sont dans ces milieux-là. Un jour, nous aurons une conversation en ce sens», a-t-elle répondu.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion