Veillée funèbre – Une ex de Maradona furieuse d’avoir été écartée

Publié

Veillée funèbreUne ex de Maradona furieuse d’avoir été écartée

Une des anciennes compagnes de Diego Maradona s’est plainte, jeudi, d’avoir été écartée de la veillée funèbre familiale organisée en son honneur.

«Ils m’ont dit de venir à 7h, avec tout le monde», a-t-elle expliqué, en pleurs, à la presse. Les bisbilles entre les anciennes compagnes du joueur ainsi qu’entre ses enfants (il en a reconnu huit) ont été largement commentées sur les réseaux sociaux et à la télévision depuis des années.

«Il paraît que Claudia (Villafane, ex-épouse de Maradona) n’a pas voulu que j’entre mais elle dit, elle, qu’elle n’y est pour rien», a déclaré Rocio Oliva à la chaîne TN.

Veillée funèbre

«Ça me fait mal qu’on ne me laisse pas entrer et en faisant cela ils font aussi du mal à Diego. Je suis sa dernière femme, personne ne le comprend. J’ai été la seule femme que Diego voulait voir. Tout le mal qu’ils font, cela se paie», a-t-elle lancé.

La veillée funèbre organisée par le gouvernement argentin à l’occasion du décès de la légende du football mondial, Diego Maradona, décédé mercredi à 60 ans des suites d’une crise cardiaque, a débuté jeudi matin, au Palais présidentiel de Buenos Aires, en présence de dizaines de milliers de fans éplorés.

Mouvements de foule

La veillée funèbre doit durer toute la journée de jeudi, avant que Maradona ne soit enterré dans un cimetière de la périphérie de Buenos Aires, selon son porte-parole. Le président argentin Alberto Fernandez a décrété trois jours de deuil national en hommage au «Pibe de Oro», champion du monde en 1986.

À pas lents, la foule a commencé à défiler dès 6h du matin, devant le cercueil du mythique attaquant, recouvert du drapeau argentin et d’un maillot floqué de son numéro 10. Avant l’ouverture des portes, des mouvements de foule et quelques débordements ont été signalés, que la police a tenté de juguler. Des dizaines de milliers de personnes ont passé la nuit sur la Plaza de Mayo, face au palais de la présidence argentine, à chanter en hommage à leur idole disparue.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion