A Washington – Une fausse alerte à la fusillade a semé le chaos

Publié

À WashingtonUne fausse alerte à la fusillade a semé le chaos

La police a bouclé pendant plusieurs heures le quartier de Navy Yard dans la capitale américaine après des informations non confirmées d'une possible fusillade. Il s’agissait d'une fausse alerte.

Police respond to reports of a shooting and subsequent lockdown at the U.S. Navy Yard in Washington July 2, 2015.   REUTERS/Jonathan Ernst

Police respond to reports of a shooting and subsequent lockdown at the U.S. Navy Yard in Washington July 2, 2015. REUTERS/Jonathan Ernst

Reuters/Jonathan Ernst

Le quartier de Navy Yard à Washington a été bouclé durant plus de deux heures jeudi matin après un appel à la police faisant état d'une fusillade, qui s'est finalement avéré être une fausse alerte.
«L'US Navy confirme qu'il n'y a aucune trace de fusillade à Navy Yard. Tous les employés sont ok», a tweeté l'US Navy peu avant 10h30 (heure locale). Des dizaines d'agents de police avaient convergé peu avant 08h00vers ce quartier où sont situés de nombreux bâtiments administratifs de l'armée.

Une fusillade en septembre 2013 dans ces mêmes installations avait fait 12 morts et huit blessés avant que le tireur ne soit abattu par la police. Cette alerte jeudi matin est survenue au moment où les forces de l'ordre sont déjà sur le qui-vive à la veille du week-end du 4 juillet, pour lequel les autorités ont accru les mesures de sécurité en raison de craintes d'attentats en marge des célébrations de la fête de l'Indépendance.

Rien entendu de particulier

Toutefois, les témoins ont rapporté n'avoir entendu aucun coup de feu et après avoir minutieusement fouillé les bâtiments suspects, les importants effectifs policiers déployés dans le quartier ont donc commencé à progressivement se retirer vers 10h00, a constaté un journaliste de l'AFP. Les abords de la Maison Blanche avaient également été interdits à la circulation, une procédure standard en pareille situation.

Selon les médias locaux, la police a été déployée après un appel téléphonique faisant part de coups de feu dans le même bâtiment que lors de la fusillade de 2013. Interrogé sur CNN, un militaire présent dans les locaux jeudi, et qui était déjà là lors de la fusillade de septembre 2013, a indiqué n'avoir rien entendu de particulier: «Contrairement à l'autre fois nous n'avons entendu aucun coup de feu ni rien de ce genre», a dit le lieutenant Scott Williams. «Nous n'avons vu aucune trace de lutte, nous avons juste entendu quelqu'un crier de sortir du bâtiment et de rester à l'écart de la cafeteria, alors nous nous sommes mis à l'abri», a-t-il poursuivi.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion