Au Luxembourg – «Une forte demande pour les écoles internationales»
Publié

Au Luxembourg«Une forte demande pour les écoles internationales»

LUXEMBOURG – Les filières étrangères ont le vent en poupe au Luxembourg et doivent refuser du monde. Plusieurs établissements vont se créer.

Differdange a inauguré une école internationale l'an dernier. Une ancienne école accueille les élèves de manière provisoire, jusqu'en 2020.

Differdange a inauguré une école internationale l'an dernier. Une ancienne école accueille les élèves de manière provisoire, jusqu'en 2020.

Editpress

L’École internationale de Differdange a rencontré un grand succès depuis son inauguration l’année dernière, avec l'accueil de 142 élèves dès la première rentrée. À tel point que l’établissement vient de s’agrandir officiellement, avec le vote d’une loi cet été sur l’extension au sein de l’ancien lycée technique d’Esch-sur-Alzette. La structure s’appelle désormais École internationale Differdange & Esch-sur-Alzette (EIDE) et propose une filière germanophone, en plus des francophone et anglophone.

Globalement, «il y a une forte demande pour les écoles internationales dans le pays», explique un porte-parole du ministère de l’Éducation nationale, contacté par L’essentiel. La demande pour ces établissements aurait grimpé depuis le Brexit, plusieurs grandes entreprises étrangères ayant décidé de transférer leur siège du Royaume-Uni au Luxembourg. «Mais le pays ne possède pas encore les infrastructures pour accueillir tous les enfants des travailleurs étrangers». L’école fondamentale anglophone aurait notamment été prise d’assaut dès l’ouverture des inscriptions.

En plus de l’extension de Differdange, effective dès la rentrée 2017, les autorités prévoient l’ouverture de trois nouvelles structures, qui devraient être opérationnelles pour la rentrée suivante. Des écoles seront ainsi créées à Junglinster, Clervaux et Mondorf-les-Bains. Pour la première commune, «les élèves seront intégrés dans un lycée existant, où l’accueil de nouveaux est possible», reprend le ministère. À Clervaux, un bâtiment tout neuf est sorti de terre, tandis que le projet n’est pas encore défini à Mondorf, où une solution temporaire pourrait être mise en place.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion