Au Luxembourg et chez ses voisins: Une future grande forêt en Europe, pour les générations d'après?

Publié

Au Luxembourg et chez ses voisinsUne future grande forêt en Europe, pour les générations d'après?

LUXEMBOURG/EUROPE – Le botaniste français Francis Hallé milite pour la création en Europe d'un espace de 70 000 hectares, évoluant sans intervention humaine sur plusieurs siècles, «pour les générations d'après».

par
nc
(avec AFP)

Pour le botaniste français Francis Hallé, les enseignements de l'été 2022 sont clairs: il faut cesser d'aligner des monocultures de pins, véritables «plantations de bidons d'essence», et retourner au «temps long» en recréant en Europe une vaste forêt primaire, une «cathédrale», à l'image de celle visible en Guyane, par exemple. À 84 ans, ce spécialiste de l'écologie des forêts tropicales a lancé, en 2018, l'Association Francis Hallé pour la forêt primaire, qui milite inlassablement pour la création en Europe d'un espace de 70 000 hectares évoluant sans intervention humaine sur plusieurs siècles, «pour les générations d'après».

«Nous sommes très optimistes parce qu'on a des marques d'intérêt de plus en plus solides et de plus en plus nombreuses, de l'Europe, et en France aussi», explique le botaniste. Dans l'Hexagone, le projet avance et une région-pilote a déjà été choisie: «Ca va se passer dans le Grand Est. Et par chance ça intéresse les Ardennes, les Vosges et les pays voisins, Luxembourg, Allemagne, Belgique». Francis Hallé se félicite que les populations locales interrogées soient de plus en plus favorables à l'idée.

«On fait ce projet pour les générations d'après»

«On peut aider un peu à la reconstitution de la forêt mais il faut planter plusieurs espèces et si possible à plusieurs âges différents, détaille-t-il. Les gens ne savent pas ce qu'est une forêt primaire. Comment le pourraient-ils? Ils n'en ont jamais vu. Il n'y en a plus en Europe. Celle de Białowieża en Pologne est en train d'être détruite. (Et pourtant), c'est une grande surprise pour moi, ils sont partants».

Cette vaste forêt européenne serait livre d'évoluer à son rythme mais ne serait pas fermée au public. «Une forêt est quelque chose de beaucoup plus important que ce que disent nos politiques, c'est fondamental, c'est le sommet de l'écologie. On fait ce projet pour nos contemporains et pour les générations d'après».

Ton opinion

32 commentaires