Négociations – Une hausse des salaires de 4,3% chez Volkswagen

Publié

NégociationsUne hausse des salaires de 4,3% chez Volkswagen

Le géant allemand de l'automobile a annoncé jeudi un accord avec le syndicat IG Metall qui verra les salaires de 102 000 salariés allemands du groupe grimper de 4,3% au 1er juin.

Volkswagen négocie depuis plusieurs années avec le syndicat son propre accord salarial. (AFP)

Volkswagen négocie depuis plusieurs années avec le syndicat son propre accord salarial. (AFP)

La direction du groupe et le syndicat négociaient depuis le début du mois. L'accord trouvé se calque sur celui négocié dans le secteur de la métallurgie, qui englobe aussi les principaux concurrents allemands de Volkswagen. Comme l'accord de branche, qui vaut pour 3,4 millions de salariés en Allemagne, celui du constructeur a une durée de 13 mois.

Pour Volkswagen, il prévoit aussi sur cette période d'embaucher jusqu'à 3 000 intérimaires. Le groupe emploie plus de 500 000 salariés dans le monde. L'accord trouvé cette semaine ne concerne que ceux de ses six sites de production en Allemagne de l'ouest, ainsi que les 5 000 salariés de sa banque VW-Bank.

Aussi dans la métallurgie, la chimie

Volkswagen négocie depuis plusieurs années avec le syndicat son propre accord salarial. Les résultats record du groupe publiés en début d'année, avec un bénéfice net de plus de 15 milliards d'euros, ont fourni des arguments de poids à IG Metall, qui revendiquait une hausse des salaires de 6,5% en arguant de la nécessité pour la main-d'œuvre de profiter du succès de l'entreprise. «Nous sommes allés à la limite de ce que la rude concurrence internationale dans l'industrie automobile nous permet», a commenté dans un communiqué Horst Neumann, directeur du personnel de Volkswagen.

La tendance est clairement à l'augmentation des salaires cette année en Allemagne: outre la métallurgie, ils vont aussi grimper nettement dans la chimie, au terme d'un accord trouvé la semaine dernière. Des négociations sont aussi en cours depuis plusieurs semaines, dans le secteur bancaire, qui n'ont pas encore abouti.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion