Liberté d'expression – Une journaliste virée de CNN pour un Tweet

Publié

Liberté d'expressionUne journaliste virée de CNN pour un Tweet

Une journaliste spécialiste du Moyen-Orient à CNN a quitté ses fonctions après avoir envoyé sur le site de micro-blogs Twitter un message faisant l'éloge du défunt ayatollah Fadlallah.

Une journaliste spécialiste du Moyen-Orient à CNN, Octavia Nasr, a quitté ses fonctions après avoir envoyé sur le site de micro-blogs Twitter un message faisant l'éloge du défunt ayatollah Fadlallah. Cette personnalité chiite était autrefois considérée comme le mentor du Hezbollah.

La journaliste, présente sur la chaîne américaine depuis 1990, a écrit dans un «tweet» qu'elle était «triste d'avoir appris la mort» de l'ayatollah Mohammad Hussein Fadlallah décédé dimanche, «l'un des grands hommes du Hezbollah que je respectais beaucoup».

Sur la liste des terroristes

Elle a ensuite rapidement exprimé ses «profonds regrets» sur le site Internet de CNN pour son mini-message. Fadlallah était inscrit par les États-Unis sur leur liste des «terroristes internationaux». «Il s'agit d'une erreur de jugement de ma part d'avoir écrit un commentaire aussi simpliste», écrit Octavia Nasr.

Elle appréciait chez lui «sa position singulière et pionnière au sein de religieux chiites sur les droits de la femme», explique-t- elle. «Cela ne signifie pas que je le respectais pour tout autre chose qu'il ait faite ou dite».

Dans un mémo interne que l'AFP s'est procuré, la vice-président de CNN International Parisa Khosravi indique avoir discuté avec la journaliste «et décidé qu'elle allait quitter la compagnie».

Discréditée

«Son mini-message a généré une intense réaction ce week-end», remarque Parisa Khosravi. «Nous considérons que sa crédibilité en tant que journaliste spécialiste du Moyen-Orient a été compromise», poursuit-elle.

Octavia Nasr a couvert les principaux conflits dans la région pour CNN durant ses 20 dernières années et a présenté les émissions CNN World Report et CNN International's World News de 1993 à 2003.

Son départ intervient un mois après celui de la doyenne des correspondants de la Maison-Blanche, Helen Thomas, qui a pris sa retraite après des déclarations controversées sur Israël.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion