Au Luxembourg – Une leçon de cinéma avec Andy Bausch

Publié

Au LuxembourgUne leçon de cinéma avec Andy Bausch

Le réalisateur luxembourgeois animait mardi une masterclass à la Cinémathèque devant une audience composée majoritairement de lycéens et de jeunes adultes.

Le réalisateur a évoqué ses débuts au Luxembourg dans un pays qui ne disposait pas encore d’une industrie cinématographique.

Le réalisateur a évoqué ses débuts au Luxembourg dans un pays qui ne disposait pas encore d’une industrie cinématographique.

Editpress/©editpressalain Rischard

«Nous réalisons des vidéos avec le club ciné de notre lycée. Et c’est très intéressant pour nous de profiter du savoir-faire et de l’expérience d’un professionnel», commentaient hier à la Cinémathèque de la ville de Luxembourg Ben, 17 ans, et Charel, 16, du Lycée Robert Schuman. Le pro en question, c’est Andy Bausch. Le réalisateur luxembourgeois, avec 35 ans de carrière à son actif, rencontrait une audience composée majoritairement de lycéens et de jeunes adultes, en préambule du concours vidéos de la Grande Région, Créajeune.

Le réalisateur a évoqué ses débuts au Luxembourg dans un pays qui ne disposait pas d’une industrie cinématographique. Il a parlé du film «Troublemaker» qu’il avait commencé à tourner car la prison avait déménagé et que l’ancien bâtiment se prêtait bien à un film. Mais il avait dû mettre le film en suspens faute d’argent pour développer les rushs. Il a aussi évoqué son acteur fétiche, Thierry Van Werveke, décédé en 2009. Les jeunes ont posé des questions très variées autant sur la vie sur un plateau que sur ses choix de sujets. Au final, Charel aimerait travailler dans le ciné, Ben préférerait que ça reste un loisir, mais tout les deux trouvent que le cinéma est une très bonne manière de faire passer ses sentiments et opinions politiques».

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Ton opinion