A Luxembourg – Une manifestation calme, avec une arrestation
Publié

À LuxembourgUne manifestation calme, avec une arrestation

Les opposants aux mesures de lutte contre la pandémie se sont rassemblés au Glacis, dans le périmètre alloué aux manifestations, sans s'aventurer avenue de la Liberté.

1 / 21
23.01 Les opposants aux mesures sanitaires se sont réunis au Glacis, ce samedi.

23.01 Les opposants aux mesures sanitaires se sont réunis au Glacis, ce samedi.

L'essentiel
Cette fois, ils n'ont pas essayé de manifester avenue de la Liberté.

Cette fois, ils n'ont pas essayé de manifester avenue de la Liberté.

L'essentiel
Le rassemblement se déroule sous haute surveillance policière.

Le rassemblement se déroule sous haute surveillance policière.

L'essentiel

La police fait le point

Les manifestations de ce samedi se sont terminées dans le calme autour de 17h et la police a dressé le bilan d'une journée sans «rassemblement non autorisé» dans la capitale. Présente sur les lieux avec un gros dispositif pour «pouvoir intervenir en cas de troubles à l'ordre public», la police a encadré deux manifestations autorisées dans le zoning entre le Glacis et la Place de l'Europe.

Un cortège d'environ 200 personnes a fait un aller-retour entre le Glacis et le Kirchberg. Un deuxième rassemblement, avec une cinquantaine de personnes, est resté du côté du rond-point Schuman. Les deux manifestations se sont terminées vers 17h.

La police signale en outre qu'une personne a fait l'objet d'une arrestation administrative et qu'une procédure judiciaire a été entamée. Ceci dit, «les deux manifestations autorisées se sont déroulées de manière paisible et sans incident particulier», précise la police.

Les protestataires à Bruxelles

Alors que la manifestation s’achevait à 17h, les leaders du mouvement donnaient rendez-vous aux participants dès demain. Direction Bruxelles pour les opposants luxembourgeois aux mesures sanitaires. Trois à cinq bus ont été réservés pour gonfler les rangs dans une vaste manifestation dans la capitale belge et siège de la Commission européenne.

Un cortège du Kirchberg vers le Glacis

Un cortège parti de la place de l'Europe, au Kirchberg, a rejoint les manifestants du Glacis, où, au final, quelque 250 personnes, la plupart sans masque, étaient rassemblées. Peu avant 17h, le mouvement semblait s'essouffler et la manifestation semble se diriger vers une fin prochaine, d'après ce qu'a lancé Jean-Marie Jacoby au micro, qui a remballé ses affaires pour quitter les lieux. La police avance, calmement, vers les manifestants restants pour les repousser sur le parking du Glacis.

200 personnes au Glacis

Contrairement aux semaines précédentes, ce samedi se révèle moins intense en termes de mobilisation contre les mesures sanitaires dans la capitale. «À ce stade, il n’y a pas de rassemblements non autorisés», indique la police à L’essentiel. Comme annoncé aux autorités, quelque 200 personnes se sont réunies au Glacis pour écouter religieusement les discours enflammés de la figure du mouvement contestataire Jean-Marie Jacoby. Comme à l’accoutumée, ce dernier a critiqué la politique de vaccination anti-Covid, pointant notamment «les politiques et les médias».

Circulation perturbée

La police signale que le circulation est perturbée. Vers 16h20, les voitures ne pouvaient pas passer entre le Kirchberg et le centre-ville, selon un témoin sur place. Le tram continue lui à circuler sans encombre.

L’ambiance plutôt calme

Entourés d'un cordon de policiers, les manifestants protestent de manière pacifique. Les discours s’enchaînent en luxembourgeois et en français, on s’échange des tasses de café. «On ne lâche rien», diffusent les enceintes qui crachent des musiques contestataires. La population est hétéroclite, composée de personnes de tous âges. La plupart des protestataires sont des résidents. Il y a des familles venues avec leurs enfants.

La police sur ses gardes

Dès l’entrée de Luxembourg-Ville, la mobilisation policière saute aux yeux. Des motards sont placés aux carrefours et endroits stratégiques. Deux fourgons et quatre voitures sont disposés à la gare. Les policiers cagoulés et munis de boucliers sont encore plus présents au Glacis, tout près des manifestants.

(L'essentiel)

Ton opinion