Action symbolique – Une milliardaire prise à partie sur le sol suisse

Publié

Action symboliqueUne milliardaire prise à partie sur le sol suisse

Une Autrichienne vivant en Suisse sous le régime très avantageux du «forfait fiscal», a été la cible d'une action d'opposants à ce système, qui fera l'objet d'une votation le 30 novembre.

Quelque 5 500 personnes bénéficient du forfait fiscal qui leur permet de ne payer que très peu d'impôts.

Quelque 5 500 personnes bénéficient du forfait fiscal qui leur permet de ne payer que très peu d'impôts.

Keystone

«Nous sommes allés rendre visite à cette dame, qui vit sur les hauteurs de Montreux, dans une propriété dominant le Lac Léman, et nous lui avons remis symboliquement un guide fiscal», a déclaré Hadrien Buclin, de l'ONG suisse Solidarités. Mme Traudl Engelhorm, une Autrichienne de 87 ans, dispose d'une fortune évaluée à entre deux et trois milliards de francs suisses, et figure dans le haut du classement des 300 plus grosses fortunes dans la Confédération helvétique, établi chaque année par le magazine suisse Bilan. «Mme Engelhorn ne nous a pas ouvert, et nous avons déposé le guide dans la boîte aux lettres à son nom», a-t-il ajouté.

Par cette action symbolique, le collectif Solidarités entendait marquer son opposition au système du forfait fiscal, dont bénéficient environ 5 500 personnes en Suisse, et qui leur permet de ne payer que très peu d'impôts. Selon les calculs de Solidarités, Mme Engelhorn ne paye qu'«environ 300 000 à 400 000 CHF (250 000 à 330 000 euros) par an d'impôts, alors que si elle était taxée normalement, elle devrait payer au minimum 8,5 millions de CHF (sept millions euros) par an d'impôt cantonal». En 2013, le canton de Vaud comptait quelque 1 389 étrangers bénéficiant du système du forfait fiscal, comme Mme Engelhorn, qui a vendu son entreprise pharmaceutique Böhringer-Mannheim au groupe suisse Roche.

«Nous avons rendu visite à cette dame pour qu'elle renonce à son forfait fiscal et s'acquitte comme tout le monde de son devoir de contribuable, notre demande est restée sans réponse», a ajouté Solidarités. Les Suisses doivent voter sur une initiative émanant de partis de gauche et de syndicats demandant l'abolition de ce système du forfait fiscal, considéré comme profondément injuste. Le vote aura lieu le 30 novembre prochain. Les «forfaitaires» peuvent cependant se révéler être des mécènes, qui investissent dans la recherche et l'innovation. Ainsi, un milliardaire étranger, mort en septembre dans le canton de Vaud à plus de 90 ans, a prévu dans son testament la création d'une fondation à but non lucratif dotée de 100 millions de CHF, dont l'objectif est de soutenir les projets innovants des Écoles polytechniques fédérales suisses.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion