Covid-19 au Luxembourg: «Une obligation vaccinale n’avait plus de sens»

Publié

Covid-19 au Luxembourg«Une obligation vaccinale n’avait plus de sens»

LUXEMBOURG – L’absence d’obligation de se faire vacciner au Covid-19 est plutôt bien perçue dans le secteur des soins, au lendemain des annonces des experts.

par
Joseph Gaulier
Les experts ne préconisent plus d'obligation vaccinale au Covid-19 dans le secteur des soins.

Les experts ne préconisent plus d'obligation vaccinale au Covid-19 dans le secteur des soins.

«Ce serait une bonne chose que le vaccin ne devienne pas obligatoire», indique Marine*, aide-soignante, au lendemain de l’annonce du groupe d’experts préconisant une obligation vaccinale pour les plus de 50 ans, mais pas pour le personnel du secteur des soins. Les virologues et infectiologues estiment que le vaccin protège des formes graves mais trop peu du virus, ce qui empêche la stratégie du bouclier sanitaire. Le Conseil de gouvernement évoquera le sujet vendredi, et effectuera ses annonces plus tard.

L’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL) estime qu’une obligation vaccinale pour les soignants, préconisée par les mêmes experts en janvier, «n’avait plus de sens pour le secteur des soins aujourd’hui, car les faits montrent qu’une vaccination ne peut pas empêcher une infection».

«Une obligation morale à se faire vacciner»

L’organisation professionnelle se réjouit donc du nouvel avis des experts et insiste sur «les mesures sanitaires élémentaires, enseignées pendant notre formation». Marine* reconnaît que «sur ce sujet, il y a différents points de vue» dans la profession: «Bien sûr, nous avons le souci de nos patients, souligne-t-elle. Mais très peu ont été vraiment malades du Covid récemment. Moi, j'ai eu trois doses et pour le moment cela suffit. C'est mon avis aujourd'hui et beaucoup de mes collègues sont sur la même ligne. Peut-être qu'il évoluera si à l'avenir les cas s'aggravent».

Éric*, un médecin hospitalier, ne partage pas ce point de vue. Tout en reconnaissant que «le vaccin n’empêche pas les infections et donc ne participe pas au bouclier sanitaire», il avance des raisons éthiques: «Je persiste à croire qu’il y a une obligation morale à se faire vacciner quand on est soignant. Ou alors on a mal choisi son métier!».

*Les prénoms ont été modifiés

12 commentaires