Loi au Luxembourg – Une pénalisation partielle des clients des prostituées

Publié

Loi au LuxembourgUne pénalisation partielle des clients des prostituées

LUXEMBOURG - L'arsenal législatif pour lutter contre l'exploitation sexuelle sera renforcé au Luxembourg.

La législation va se durcir.

La législation va se durcir.

Editpress

Actuellement seuls les clients de prostituées mineures sont inquiétés par les forces de l'ordre. Mais cela va changer.
Un projet de loi, présenté mercredi matin par la ministre de la Santé, Lydia Mutsch et le ministre de la Justice, Félix Braz, doit renforcer l'arsenal législatif à disposition des autorités. Le texte introduit la pénalisation des clients de prostituées considérées comme vulnérables, ainsi que de celles qui sont victimes de proxénétisme et traite d'êtres humains.

Tout comme les clients de mineures, ils deviendront punissables d'un emprisonnement de un à cinq ans et d'une amende de 251 à 50 000 euros. «Le but est de réduire la demande et de faire prendre conscience que bien souvent, elle est une violence», explique la ministre.

Une plateforme dédiée

D'autres mesures sont prévues pour lutter plus efficacement contre le proxénétisme. Celui qui loue ou met à disposition en connaissance de cause un lieu où l'on s'adonne à la prostitution sera passible des peines citées plus haut. Il ne faudra plus prouver qu'il tire profit de cette activité. Pour que la police puisse rentrer dans un cabaret ou autre il ne faudrait plus que la prostitution soit avérée, une simple présomption suffira.

L'appropriation, destruction, falsification des papiers d'identité d'autrui ne seront plus considérées comme un simple vol, mais passibles d'une peine de prison de 3 à 5 ans et d'une amende de 10 000 à 50 000 euros. Enfin, le texte institutionnalise la plateforme Prostitution qui permet aussi de coordonner les actions de sensibilisation et la stratégie Exit qui aident les prostituées à sortir de leur milieu.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion