Au Luxembourg – Une pétition pour l'immatriculation des vélos

Publié

Au LuxembourgUne pétition pour l'immatriculation des vélos

LUXEMBOURG – Huit nouvelles pétitions sont ouvertes à signature sur le site de la Chambre des députés, depuis ce mercredi. L'une d'entre elles demande l'immatriculation des vélos.

Un pétitionnaire propose de faire immatriculer les vélos.

Un pétitionnaire propose de faire immatriculer les vélos.

Editpress

Huit nouvelles pétitions ont été déclarées recevables à la Chambre des députés et sont désormais ouvertes à signature jusqu'au 19 septembre inclus. Si une pétition obtient plus de 4 500 signatures, elle donnera lieu à un débat au sein de la Chambre.

La pétition publique n°1048 requiert l'interdiction totale du transport d'animaux vivants au Luxembourg. Le pétitionnaire justifie sa demande par le fait que les animaux ne seraient pas transportés de manière réglementaire, ce qui poserait problème en particulier durant les périodes de fortes chaleurs ou lors d'accidents avec des transporteurs d'animaux.

Délai de rétractation, ponctualité ferroviaire, amendes pour automobilistes

La pétition publique n°1060 demande un délai de rétractation de sept jours après la signature d'un contrat. Une nécessité selon lui, puisque dans les annonces publicitaires, il est souvent fait mention qu'une offre n'est valable seulement pour une courte période. Un piège pour des clients trop naïfs qui se voient alors privés d'alternatives.

La pétition n°1063 souhaite que des mesures soient prises pour assurer la ponctualité des trains et pour rendre les statistiques sur leurs retards et leurs annulations plus transparentes. En outre, la pétition souligne que, dans ces cas, le prix du billet devrait être intégralement remboursé au voyageur.

Un quatrième pétitionnaire (n°1067) exige que les automobilistes bloquant un croisement soient punis d'une amende de 145 euros et d'un retrait de deux points sur leur permis de conduire.

Maladies tropicales, formation d'enseignants, protection contre la faillite

La pétition n°1071 vise à combattre efficacement les moustiques tigres, vecteurs de maladies tropicales telles que la dengue et le chikungunya, au Luxembourg. Selon le pétitionnaire, il faudrait, entre autres, lancer des études sur les régions du Luxembourg potentiellement concernées et des campagnes d'information du grand public sur le sujet.

Afin de parvenir à une répartition plus équitable des postes d'enseignants au Luxembourg, une autre pétition (n°1072) demande que la priorité au métier de l'enseignement soit accordée aux titulaires d'un Bachelor en Sciences de l'Éducation. D'après le pétitionnaire, dans les 216 heures de formation, les personnes ayant un Bachelor «en relation avec un des objectifs de l'enseignement» ne pourront jamais tout étudier sur la pédagogie, méthodologie et didactique. Autant de disciplines que les étudiants en Sciences de l'Éducation ont mis quatre ans à acquérir.

Lors d'une faillite d'un entrepreneur du secteur de la construction, l'acheteur perd l'investissement qu'il avait avancé. Par conséquent, la pétition n°1073 demande la protection et le dédommagement du consommateur (personne privée) à la suite d'une faillite de l'entrepreneur ou du promoteur en charge de la construction d'un logement.

Réglementation de la circulation à vélos

La dernière pétition (n°1074) évoque la possibilité d'immatriculer des vélos au Luxembourg. En cas d'incident, il serait ainsi possible de signaler la plaque minéralogique aux autorités compétentes qui pourraient rechercher et retrouver le responsable. Il serait actuellement impossible d'identifier un cycliste «si celui-ci érafle une voiture ou cause tout autre dommage», selon le pétitionnaire. En cas d'accident avec blessés, cela permettrait également l'identification du cycliste.

En mai, une pétition visant l'introduction de plaques minéralogiques pour vélos au Luxembourg avait déjà été déposée. Elle avait pour but d'accroître la sécurité routière et de pouvoir sanctionner les infractions au code de la route. Le pétitionnaire en question réclamait l'introduction d'une taxe pour l'utilisation de vélos sur la voie publique, ainsi que le maintien d'une distance minimale par rapport aux autres usagers de la route.


(Dominik Dix/L'essentiel)

Ton opinion