En France: Une piscine interdit les shorts pour éviter de gaspiller l’eau

Publié

En FranceUne piscine interdit les shorts pour éviter de gaspiller l’eau

Un bassin situé en Haute-Savoie, zone très asséchée, juge que porter des slips de bain évite de dilapider des litres d’or bleu.

par
Jérôme Faas
Chaque nageur portant un short détrempé ferait sortir un demi-litre d’eau de la piscine par heure.

Chaque nageur portant un short détrempé ferait sortir un demi-litre d’eau de la piscine par heure.

20min/Sébastien Anex

Interdire les shorts de bain pour… économiser l’eau. Cette étonnante mesure est entrée en vigueur lundi au centre nautique des Dronières, la piscine de Cruseilles, en Haute-Savoie (France). Une sécheresse sans précédent frappe la zone, à tel point que, du 18 au 22 juillet, deux camions-citernes de 12 000 litres ont dû effectuer huit rotations par jour pour remplir les réservoirs de quatre villages privés d’eau potable.

«Si l’on ne fait pas d’efforts, on ne va pas s’en sortir. Tout le monde doit s’y mettre, plaide Françoise Etienne, cheffe de bassin. Quand les baigneurs sortent du bain, les tissus sont imbibés, l’eau sort de la piscine et se perd. C’est un volume important». De 250 à 300 litres par heure, calcule Philippe Clerjon, vice-président de la communauté de communes du pays de Cruseilles. «Le short, en moyenne, absorbe un demi-litre d’eau par heure. Or, la piscine accueille environ 2 000 personnes, dont un tiers portent ce type d’habit».

L’infrastructure des Dronières est la seule du secteur à avoir pris cette décision, «mais aussi parce que nous étions les seuls à être très tolérants sur l’habillement». Ailleurs en France voisine, slip ou boxer sont la norme pour des raisons de propreté. Cruseilles, qui affrontait «un problème d’hygiène certain en raison des accoutrements des gens», note Philippe Clerjon, fait d’une pierre deux coups. «Il n’y aura pas de retour en arrière», jure Françoise Etienne.

Ton opinion

6 commentaires