A Strasbourg – Une projection de «L'Exorciste»... à l'église

Publié

À StrasbourgUne projection de «L'Exorciste»... à l'église

STRASBOURG - 500 spectateurs se sont rassemblés jeudi soir, pour assister à une projection du film d'horreur, dans un lieu à la fois idéal et inédit.

Dès l'entrée dans l'église protestante Saint-Guillaume, les spectateurs étaient dans l'ambiance.

Dès l'entrée dans l'église protestante Saint-Guillaume, les spectateurs étaient dans l'ambiance.

AFP/Frederick Florin

Ils sont venus pour se faire peur, pour l'ambiance et profiter d'un moment absolument unique: 500 spectateurs se sont réunis jeudi soir dans une église strasbourgeoise pour assister à une projection du film d'horreur «L'Exorciste», dans un lieu à la fois idéal et inédit. «C'était une occasion unique, voir ce film dans une église ça va faire plus peur», anticipait Solange Muller, venue avec un ami et pas particulièrement fan du genre. «J'ai déjà vu le film, j'avais 12 ans et il m'avait terrorisée». Comme elle, 500 personnes se pressaient devant l'église protestante Saint-Guillaume de Strasbourg, pour la première des deux projections prévues dans la soirée en marge du Festival européen du film fantastique.

Dès l'entrée dans l'église protestante Saint-Guillaume, les spectateurs étaient dans l'ambiance, accueillis par la musique culte du fameux morceau de Mike Oldfield, jouée à l'orgue en attendant que la projection débute. «J'ai déjà vu le film plusieurs fois, mais là je suis venu pour l'ambiance, le décor, pour le son, l'écho particulier qu'il y a dans une église», explique également Jacques Bariot, 47 ans, fan de films d'horreur depuis son adolescence.

«Cela met dans l'ambiance»

«Cela met dans l'ambiance, voir un film d'horreur dans une église c'est rigolo, ça nous sort du cocon de notre salon pour aller dans un lieu sacré où on va regarder "L'Exorciste", c'est pas courant», acquiesce Laura Koenig. «C'est une première mondiale», insistait Mathieu Cahn, adjoint à la mairie en charge de l'animation, en préambule de la soirée. L'écran géant avait été positionné au-dessus de l'autel, sous le regard bienveillant du pasteur Christophe Kocher.

«Je ne pratique pas personnellement l'exorcisme, je ne pourrai donc pas vous aider pendant ou après la séance... Par contre j'ai des adresses», glissait malicieusement le pasteur de 44 ans au micro avant le début de la projection. Est-ce que ses paroissiens ont été choqués de l'organisation d'une telle manifestation dans ce lieu de culte? «À une ou deux exceptions près, pas du tout. La plupart étaient contents, surpris. C'est une question d'ouverture, nous souhaitons faire vivre ce lieu au-delà du culte», explique Christophe Kocher. «Des gens m'ont accosté dans la rue en me disant que cette initiative était excellente», poursuit Christophe Kocher. Et cela permettra également, souligne-t-il, de participer aux importants travaux de rénovation de l'église, monument historique datant du début du XIVe siècle dont le clocher est bardé d'échafaudages depuis plusieurs mois.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion