Logement au Luxembourg: Une réforme accusée de faire augmenter les loyers

Publié

Logement au LuxembourgUne réforme accusée de faire augmenter les loyers

LUXEMBOURG – Le projet de réforme du bail à loyer ouvre la voie à une augmentation des loyers, selon ses détracteurs.

par
Joseph Gaulier et Olivier Loyens
La loi permettra à certains propriétaires d'augmenter les plafonds de loyer, selon des critiques.

La loi permettra à certains propriétaires d'augmenter les plafonds de loyer, selon des critiques.

AFP

«Cette loi n’a pas vraiment de sens. La référence aurait dû être le prix payé par le locataire, pas l’argent de l’investisseur!», glisse Gilles Hempel, directeur de la Fondation pour l’accès au logement, à propos du projet de réforme du bail à loyer. Celui-ci, adopté en octobre par le Conseil de gouvernement, prévoit notamment un nouveau calcul des loyers maximums.

Le plafond va passer de 5% à 3,5% du capital investi, et même à 3% si le logement est considéré comme une passoire énergétique (catégories énergétiques de F à I). «Ce point est une bonne idée, cela va dans le bon sens», reconnaît Gilles Hempel. Mais «en contrepartie, la formule pour réévaluer le capital investi a été revue», note le gouvernement. C’est là que les critiques fusent. Un coefficient est appliqué aux investissements anciens, afin d’appliquer l’évolution des prix de l’immobilier.

«Se rapprocher au plus du marché»

Le parti Déi Lénk évoque «une mauvaise blague» et «un cadeau offert aux dynasties de rentiers immobiliers». Le parti Pirate dénonce «une négligence de la part du ministre écologiste» Henri Kox. «Cela va fonctionner pour les logements récents, mais pas pour l’ancien», reprend Gilles Hempel. Il note que les prix ont été «multipliés par 32 depuis 1970». «Pour un logement acheté 170 000 euros en 1980, avec des améliorations à 50 000 euros en 2010, la limite passe de 1 870 à 3 900 euros par mois», a calculé Mieterschutz. L’ASBL qui protège les droits des locataires appelle à revoir le système proposé dans sa réforme.

«Les coefficients pour l’estimation des biens ont été calculés en fonction des données du LISER et de l’Observatoire de l’habitat, afin de se rapprocher au plus près du marché, qui connaît des grandes fluctuations ces dernières années», explique la députée Semiray Ahmedova, présidente de la commission Logement. L’écologiste rappelle «la décote de 1% à partir de la deuxième année sur les logements neufs» et loue une loi «qui apporte de la transparence sur le capital investi, ce qui profitera aux locataires».

Une commission à saisir

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

27 commentaires