Conflit israélo-palestinien: Une roquette tirée depuis la bande de Gaza sur le sud d’Israël

Publié

Conflit israélo-palestinienUne roquette tirée depuis la bande de Gaza sur le sud d’Israël

L’armée israélienne a répliqué à un tir de roquette depuis la bande de Gaza en tirant en direction de deux postes d’observation du Hamas, à l’est de la ville de Gaza.

Ce tir intervient au lendemain de la mort d’un Palestinien, Ammar Hadi Mufleh, abattu par les forces israéliennes à l’entrée de Naplouse dans des circonstances contestées.
84165927

AFP

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza s’est abattue samedi soir sur une zone non habitée dans le sud d’Israël sans faire ni blessé ni dégât, a indiqué l’armée dans un communiqué.

Le tir n’a pas été revendiqué dans l’immédiat mais le Jihad islamique, une des factions armées palestiniennes de la bande de Gaza avait menacé Israël de représailles après l’assassinat de deux de ses dirigeants, jeudi à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Selon des témoins dans la bande de Gaza, l’armée israélienne a répliqué en tirant en direction de deux postes d’observation du Hamas, à l’est de la ville de Gaza, peu après le tir de roquette.

L’envoyé de l’ONU «horrifié»

Ce tir, le premier depuis un mois selon l’armée, intervient au lendemain de la mort d’un Palestinien, Ammar Hadi Mufleh, âgé de 22 ans, abattu par les forces israéliennes à l’entrée de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, dans des circonstances contestées.

Selon la police israélienne, il avait tenté de forcer la porte d’une voiture et de s’en prendre à un couple de civils israéliens avant de poignarder un garde-frontière en patrouille. Il avait ensuite tenté de saisir l’arme du commandant des gardes-frontières et ce dernier l’avait abattu «par crainte pour sa vie et celle des personnes autour de lui». Pour les responsables palestiniens, le jeune homme a été abattu de sang-froid à la suite d’une «querelle» avec un garde-frontière.

L’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, s’est dit «horrifié par l’assassinat» suite à «une bagarre avec un soldat israélien», a-t-il écrit sur Twitter. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien a répliqué samedi, également sur Twitter en qualifiant la réaction de Tor Wennesland de «distorsion totale de la réalité».

«Une attaque terroriste»

«Cet incident est une attaque terroriste, au cours de laquelle un policier israélien a été poignardé au visage et la vie d’un autre policier a été menacée. Il a donc tiré sur son assaillant. Il ne s’agit PAS d’une ‘‘échauffourée’’, mais d’une attaque terroriste!» a-t-il écrit. Le premier ministre israélien Yaïr Lapid a lui aussi dit soutenir «totalement» le commandant des gardes-frontières ayant abattu le Palestinien permettant ainsi «de sauver des vies».

«Toute tentative de déformer la réalité et de raconter une fausse histoire dans le monde est tout simplement une honte (…) Nos forces de sécurité continueront d’agir résolument contre le terrorisme», a-t-il estimé sur Twitter. L’Union européenne a qualifié les faits d’«inacceptables» et demandé l’ouverture d’une enquête.

«Dans le cadre du droit international, la force létale n’est justifiée que dans les situations dans lesquelles il existe une menace sérieuse et imminente pour la vie», a estimé samedi le chef de la diplomatie de l’UE Joseph Borell dans un communiqué. Au moins 145 Palestiniens et 26 Israéliens ont été tués depuis le début de l’année en Cisjordanie, en Israël et à Jérusalem.

(AFP)

Ton opinion